VERGNE André, Kléber

Par Christian Chevandier

Né le 5 juillet 1920 à Melun (Seine-et-Marne), exécuté le 19 août 1944 à la Cartoucherie de Vincennes, Paris XIIème arr. (Seine) ; employé de bureau, gardien de la paix ; policier insurgé, sergent au sein des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

André Vergne était le fils de Kléber Vergne et de Eugénie Marie Jacquemin. Après avoir quitté l’école à treize ans, il a travaillé de 1934 à 1942 comme employé de bureau dans un établissement du VIIIe arr. de Paris.
Entré dans la police le 16 juillet 1942 (jour de la rafle du Vel d’Hiv opérée par la police et la gendarmerie françaises), il fut affecté au commissariat du XIe arr. de Paris. Marié, père d’une fille née en août 1940 et d’un garçon né en janvier 1944, il était locataire d’un appartement 57 avenue de l’Est au Parc Saint-Maur (Seine ; Val-de-Marne). Quelques mois après sa mort, le commissaire du XIe arr. demanda l’attribution d’un secours à son épouse : « N’a aucune ressource en dehors de sa pension et ne peut occuper un emploi, étant donné la présence de ses deux jeunes enfants. »

Faisant partie du 2ème contingent de la classe 1940, André Vergne n’a pas été incorporé et n’a donc pas participé à la campagne de 1940.
Il fut tué le 19 août 1944, premier jour de l’insurrection. L’enquête de la direction de la police municipale donne peu de précisions à propos de ses dernières heures : « Au cours d’une mission dont il avait été chargé, […] a été capturé par les Allemands et fusillé » (rapport du 9 octobre 1944).
Gilles Primout écrit sur son site de la Libération de Paris, « Dans le Bois de Vincennes, le samedi 19 août 1944, les Allemands arrêtent les gardiens Bernard Herbet, 28 ans, Fernand Moreau 36 ans, André Vergne, 24 ans et Marcel Ricard, 33 ans qui se rendaient à la Préfecture de Police en renfort. Ils sont fusillés à la Cartoucherie. »
Il appartenait au groupe Honneur de la Police de la Préfecture de Police sous les ordres de Lucien Saintier qui résidait 16 rue Taine, Paris XIIe arr. ainsi qu’au groupe FFI du XIe arrondissement.

Inhumé au cimetière parisien de Bagneux, il a été identifié par sa famille et son corps fut transféré à Saint-Maur-des-Fossés.

Son nom se trouve sur la liste des policiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la préfecture de police, 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.), sur le monument aux morts dans la cour de la Préfecture de police de Paris, sur la plaque commémorative Boulevard Voltaire contre le mur de la Mairie du XIe arr. de Paris (Aux policiers du XIe Arrdt Morts pour la France pendant la Libération de Paris août 1944) ainsi que sur le Monument aux Morts et sur la plaque commémorative 1939-1945 de Saint-Maur-des-Fossés.
Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France » ; il a été homologué FFI avec le grade de sergent, groupe Préfecture de Police, prise de rang le 1er juin 1944, homologation prononcée le 5 septembre 1945, décret du 8 janvier 1946 publié au JO du 17 janvier 1946.
Certificat d’appartenance aux FFI en date du 17 novembre 1952 : a servi dans les FFI de l’Ile de France, Secteur Ouest, département de la Seine, mouvement Front National - Honneur de la Police du 1er août 1944 au 19 août 1944. Le 19 août 1944, a été tué.
La Croix de guerre et la Légion d’Honneur lui ont été attribuées à titre posthume le 29 mai 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185454, notice VERGNE André, Kléber par Christian Chevandier, version mise en ligne le 22 septembre 2016, dernière modification le 13 février 2022.

Par Christian Chevandier

SOURCES : Arch. PPo., « Victimes du devoir », carton VAN. — SHD, Vincennes, GR 16P 589673, consultation et notes de Geneviève Launay. — Acte de décès n° 3558 Paris XIIe . — Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014.— Luc Rudolph, Policiers rebelles. Une Résistance oubliée : la Police parisienne, Éd. SPE Militaria, 2014.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément