APOLLIN Pierre

Par Jean-Louis Panicacci

Né le 20 octobre 1925 à Antibes (Alpes-Maritimes), exécuté à Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes) le 10 juin 1944 ; ouvrier-tôlier ; résistant FTP.

Célibataire, jeune résistant antibois actif au sein de la mouvance communiste (groupe Korsec), Pierre Apollin fut arrêté le 26 mars 1944 au cours d’une rafle consécutive à l’assassinat par la Résistance du consul fasciste-républicain d’Antibes et interné au quartier allemand de la prison de Nice.
Convaincu d’être l’un des auteurs de l’attentat, il fut placé avec son camarade Joseph Graffino*, le 10 juin 1944, dans un fourgon cellulaire conduisant à la mort onze résistants gaullistes à Saint-Julien du Verdon. Le véhicule s’arrêta dans la traversée de Bar-sur-Loup où les deux FTP antibois furent abattus le long de la route devant leurs codétenus terrorisés.
Une stèle frappée de la Croix de Lorraine, érigée en 1947 à l’angle du chemin des Martelles et de la route de Grasse, rappelle les circonstances de leur mort. Une plaque apposée sur la façade de l’ancienne maison de retraite de Bar-sur-Loup, ayant servi de reposoir à l’époque, porte leur nom aux côtés des frères Belleudy*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185556, notice APOLLIN Pierre par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 24 septembre 2016, dernière modification le 24 septembre 2016.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — Jean Ottavi, Des années blanches et noires, Lyon, BGA, 1990 — Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément