RATTI Bruno [Pseudonyme dans la Résistance : Ange]

Par Jean-Louis Panicacci

Né le 2 janvier 1925 à Peillon (Alpes-Maritimes), fusillé à la Maison d’arrêt de Nice (Alpes-Maritimes) le 29 juin 1944 ; ouvrier serrurier ; militant communiste ; résistant FTP-MOI.

Célibataire. Issu d’une famille antifasciste réfugiée en France au début des années 1920, Bruno Ratti gravita autour des Jeunesses communistes d’Antibes (Alpes-Maritimes), avant de rejoindre, à la fin de 1943, le détachement militaire FTP-MOI, accomplissant diverses opérations de récupération d’armes et de munitions, de sabotage, voire d’exécution de collaborationniste dans les Alpes-Maritimes.
Au retour de l’une de ces missions effectuée dans la vallée du Paillon, le 21 mars 1944, il fut contrôlé par la police française route de Turin avec ses camarades François Pauselli et Nicham Dermadirossian, tuant l’un des policiers et en blessant un autre avant de se réfugier dans un meublé qu’ils avaient loué rue de France. Cernés par la police, ils résistèrent quelques heures, ses deux compagnons mourant au combat. Bruno Ratti, grièvement blessé, fut conduit au pavillon des détenus de l’hôpital Pasteur.
Le 29 juin, aveugle et invalide de la jambe droite, il en fut extrait à 17 heures pour être jugé par une cour martiale de Vichy composée de trois Miliciens, siégeant dans la Maison d’arrêt. Condamné à mort, il fut exécuté à 18 heures 15 dans la cour de la prison par un peloton de gendarmes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185587, notice RATTI Bruno [Pseudonyme dans la Résistance : Ange] par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 25 septembre 2016, dernière modification le 7 octobre 2018.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — L’Éclaireur de Nice, 30 juin 1944. — Le Patriote de Nice, 14 août 1946 — Pia Leonetti Carena, Gli Italiani del maquis, Milan, Cino del Duca, 1966 — Jean Ottavi, Des années blanches et noires, Lyon, BGA, 1990 — Jean-Louis Panicacci, Les Alpes-Maritimes dans la tourmente 1939-1945, Nice, Serre, 1989.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément