GREGORINI Eugène

Par Jean-Louis Panicacci

Né le 3 mai 1900 à Città di Castello (Italie, province de Pérouse), mort des suites de sévices à l’hôpital de Nice (Alpes-Maritimes) le 24 novembre 1943 ; maçon ; militant communiste ; résistant FTP.

Réfugié antifasciste à Nice dans les années 1920, Eugène Gregorini adhéra au PCF en 1929 et fut naturalisé français en 1932, devenant le président de l’Union Paysanne du quartier rural de Saint-Antoine de Ginestière à la fin des années 1930. Il adhéra aux FTP sous l’occupation italienne.
Il fut arrêté par la police allemande à son domicile à la mi-novembre 1943 et fut sauvagement torturé avant d’être conduit au pavillon des détenus de l’hôpital Pasteur où il décéda le 24 novembre des suites des sévices subis au cours des jours précédents.
Une plaque à sa mémoire a été apposée sur le mur de sa propriété vers 2000.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185595, notice GREGORINI Eugène par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 25 septembre 2016, dernière modification le 17 février 2017.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — Max Burlando, Le PCF et ses militants dans la Résistance des Alpes-Maritimes, Nice, Fédération du PCF, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément