SPOLIANSKI Grégoire

Par Jean-Louis Panicacci

Né le 19 août 1912 à Kropyvnytskyi, Kirovohrad, (Russie, Ukraine), mort sous la torture le 19 novembre 1943 à Nice (Alpes-Maritimes) ; professeur ; militant communiste ; résistant UJRE et FTP-MOI.

D’origine juive, marié, père d’un enfant. Cadre de l’UJRE ayant opéré dans le département du Var jusqu’en juillet 1943, Grégoire Spolianski fut ensuite muté dans les Alpes-Maritimes, donnant une grande impulsion à la propagande. Arrêté par la police allemande à Nice en novembre 1943, il fut interné au quartier allemand de la prison locale.
Sauvagement torturé, il succomba le 19 novembre sans avoir parlé, sauvant ainsi l’imprimerie du quartier Valrose et son successeur Raphaël Konopnicki.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185601, notice SPOLIANSKI Grégoire par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 25 septembre 2016, dernière modification le 9 décembre 2020.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — Jean-Louis Panicacci, « Les juifs et la question juive dans les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945 », Recherches régionales, 1983, N° 4, p. 239-331 — Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var, essai d’histoire politique, Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 1989 — Max Burlando, Le PCF et ses militants dans la Résistance des Alpes-Maritimes, Nice, Fédération du PCF, 2004 — Raphaël Konopnicki, Camarade Voisin, Paris, Jean-Claude Gawsevitch, 2008. — Mémorial Klarsfeld et Mémorial de la Shaoh-CDJC. — Pas de fiche à Yad Vashem.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément