BELLEUDY Jules, Aimé

Par Jean-Louis Panicacci

Né en 1924 à Rigaud (Alpes-Maritimes), disparu dans le Mercantour à la fin du mois d’août 1944 ; cultivateur ; résistant FTP puis FFI.

Célibataire. Embrigadé dans les FTP, avec le grade de caporal, au moment du débarquement de Provence, Jules Belleudy fut, comme cinq de ses compatriotes rigaudois, transporté dans la vallée de la Tinée et déployé à Saint-Dalmas de Valdeblore, alors situé à proximité immédiate de la frontière italienne.
Le 26 août 1944, une compagnie de chasseurs bavarois descendit du Baus de la Frema afin de participer à l’encerclement de Saint-Martin-Vésubie par l’ouest et patrouilla dans le village à la recherche de maquisards, mettant la main sur les six Rigaudois tandis que le gros de leurs camarades FFI parvenait à prendre la fuite vers le Caire Gros et le col du Fort.
Bizarrement, alors que les prisonniers possédaient des grenades dans leurs musettes, les soldats allemands ne les exécutèrent pas sur le champ et les conduisirent vers l’Italie par un itinéraire de haute montagne passant par le vallon de Salèse et le Pas de Fremamorte. L’un d’entre eux, simulant une envie pressante au tomber du jour, parvint à s’échapper dans un éboulis, malgré les tirs qui le visèrent. On n’eut plus de nouvelles de Jules Belleudy et des autres Rigaudois (Léon Champoussin, Lucien Champoussin, Lucien Cotton et [Fortuné Dahon-185656]), leurs corps n’ayant pas été retrouvés dans le massif du Mercantour lors de la rectification de frontière de 1947. En revanche, sur le lieu du retour de la compagnie allemande, à Valdieri, il y eut une dizaine de corps non identifiés abattus à la même époque pouvant correspondre aux disparus.
Une plaque fut apposée sur la façade de la mairie de Rigaud en 1979, portant le nom des cinq disparus.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185652, notice BELLEUDY Jules, Aimé par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 26 septembre 2016, dernière modification le 7 octobre 2018.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — André Brès, De Nissa e de damou, Nice, Serre, 1992 —Jean-Louis Panicacci, Les lieux de mémoire de la Deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre, 1997 — Témoignage de M. Champoussin, ancien maire de Rigaud et frère de l’un des disparus.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément