CANGUILHEM Georges, Jean, Bernard

Par Claude Pennetier

Né le 4 juin 1904 à Castelnaudary (Aude), mort le 11 septembre 1995 à Marly-le-Roi (Yvelines) ; professeur, philosophe, historien des sciences ; enseignant au Collège du Travail de la CGT ; résistant.

Issu d’un milieu modeste (père tailleur), boursier, Georges Canguilhem fit ses études au lycée de Castelnaudary puis au lycée Henri-IV à Paris. Etudiant à la Faculté des lettres de Paris, il obtint la licence ès-lettres (option Philosophie) en 1923, un certificat de minéralogie (1926). Il fut reçu à l’École normale supérieure, promotion 1924-1927 et obtint l’agrégation de Philosophie en 1927. Il côtoya Sartre, Aron et Nizan. Il était lié à la famille Bloch (Jean-Richard Bloch) qui l’appelait "le petit Cang", et fut même le répétiteur de France et Claude pendant quelques années. Il fut un pacifiste convaincu, lié à Félicien Challaye et à Michel Alexandre jusqu’en 1934. Il avait volontairement saboté sa préparation militaire à l’ENS en faisant tomber une arme sur le pied d’un officier.

Après le service militaire dans l’artillerie qu’il termina en 1929 avec le grade de maréchal des logis, il fut nommé professeur agrégé au lycée Chanzy à Charleville en 1929 puis au lycée de garçons d’Albi (Tarn) en octobre 1930. En congé d’études en 1931 et 1932, boursier de doctorat à la faculté de Strasbourg, il fut affecté en 1933 aux lycées de garçons de Douai (Nord) puis de Valenciennes (Nord) en 1933.

Professeur agrégé de philosophie au lycée Henri-IV de Béziers (Hérault) en 1934-1936, Georges Canguilhem, en dehors de toute appartenance à un parti politique, donna des cours aussi bien au Cercle d’études sociales de la section communiste qu’au Collège du Travail de la CGT. À la rentrée scolaire de 1936, il fut nommé professeur au lycée Fermat de Toulouse (Haute-Garonne) et il commença des études de médecine à la faculté de médecine de Toulouse.

Pendant l’Occupation, il fut chargé d’enseignement à la Faculté des Lettres de Strasbourg, repliée à Clermont-Ferrand (1944-1945) et eut une activité de résistant dans le Mouvement Libération-Sud comme médecin. En juin 1944, il participa à la bataille du Mont-Mouchet, au sud de Clermont-Ferrand. Il y créa un hôpital de campagne dont il dut organiser l’évacuation sous le feu allemand. A la fin de la guerre, il était médecin FFI.

Docteur en médecine (1943), professeur au lycée Carnot à Paris en 1945, inspecteur général de l’Instruction publique (1948-1955), maître de conférences en histoire et philosophie des sciences en 1955, il fut professeur d’Histoire et de Philosophie des sciences à la Sorbonne (à la fin, Université Panthéon-Sorbonne Paris I) de 1955 à 1971.

Georges Canguilhem fut directeur de l’Institut d’histoire des sciences, à la suite de Gaston Bachelard. On compte parmi ses élèves et disciples Michel Foucault, Gilles Deleuze et Dominique Lecourt. En 1987, il reçut la médaille d’or du CNRS. Marié, le couple avait trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18566, notice CANGUILHEM Georges, Jean, Bernard par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 janvier 2021.

Par Claude Pennetier

ŒUVRE : Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique (1943) réédition sous le titre Le normal et le pathologique, augmenté de Nouvelles réflexions concernant le normal et le pathologique (1966), 9e réed. PUF/Quadrige, 2005. — La connaissance de la vie (1952), réédition Vrin, 1998. — La formation du concept de réflexe aux XVIIe et XVIIIe siècles, PUF, Paris, 1955. — Du développement à l’évolution au XIXe siècle (1962), PUF/Quadrige, 2003. — Études d’histoire et de philosophie des sciences (1968) 7e réed. Vrin, Paris, 1990. — Vie et Régulation articles de l’Encyclopaedia Universalis (1974), 2e éd. Encyclopaedia Universalis Editeur, Paris, 1989. — Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie (1977) 2e éd. Augmentée, Vrin, Paris, 2000. — La santé, concept vulgaire et question philosophique (1988), Sables, Pin-Balma, 1990.
Une bibliographie complète de Georges Canguilhem : A Vital Rationalist selected writing from Georges Canguilhem edited by F. Delaporte avec une introduction de P. Rabinow et une bibliographie critique de C. Limoges, New-York, Zone Books, 1994.

SOURCES :Arch. Nat., F17/30242. — Le Travailleur du Languedoc, 1936. — G. Lefranc, Rétrospectives, I, Cahier et Revue de l’OURS, n° 116, janvier 1981. — Témoignage de G. Canguilhem. — Georges Canguilhem, philosophe, historien des sciences, Actes du colloque organisé au Palais de la Découverte les 6-8 décembre 1990. — « Canguilhem » in Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, sous la direction de Dominique Lecourt (1999), 4e réed. augmentée, PUF/Quadrige, 2006. — Michel Trébitch, "L’intellectuel dans l’action. Lettres de Georges Canguilhem à Jean-Richard Bloch (1927-1946)", Vingtième siècle, 1996, n° 50, pp. 111-121. — Notes de Jacques Girault et de Rachel Mazuy.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément