RICHIER Marcel

Par Jean-Louis Panicacci

Né en 1906 au Broc (Alpes-Maritimes), mort sous la torture le 28 août 1944 à Levens (Alpes-Maritimes) ; cultivateur ; résistant FTP.

Marié, père de deux enfants. Durant la campagne de France de mai – juin 1940, Marcel Richier obtint la croix de guerre au sein du groupe de reconnaissance de la 29e division alpine et, à ce titre, fut nommé vice-président de la section locale de la Légion française des combattants en 1941. En 1943-1944, il faisait partie des FTP légaux du Broc. Le 27 août 1944, le président du comité de libération du village (responsable local de la SAP R2 et membre de l’ORA) décida de l’envoyer en mission de reconnaissance (avec son camarade Jean Garente) de l’autre côté du fleuve Var, dans l’intention d’établir la liaison avec le chef d’état-major des FFI et chef départemental de l’ORA, le capitaine Gauthier – Malherbe, alors installé au confluent du Var et de la Vésubie.
Ils furent interceptés par une patrouille allemande à l’entrée de Plan du Var et conduits à Levens (théâtre d’affrontements depuis quatre jours entre cinq compagnies FFI et deux compagnies allemandes surarmées), interrogés et torturés sur la place publique, en plein soleil, sans résultat.
Les tortures se poursuivirent toute la nuit, les villageois entendant des cris de douleur jusqu’au petit matin où leurs tortionnaires les achevèrent, peu avant l’arrivée des parachutistes américains.
Une place Richier – Garente existe au Broc depuis 1945 et un jardin éponyme à Levens depuis 1994, où une stèle rappelle les circonstances de leur agonie. Une rue Marcel Richier existe à Carros depuis l’immédiat après-guerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article185688, notice RICHIER Marcel par Jean-Louis Panicacci, version mise en ligne le 28 septembre 2016, dernière modification le 25 février 2021.

Par Jean-Louis Panicacci

SOURCES : Archives du musée de la Résistance azuréenne, Martyrologe — Jean-Louis Panicacci, La Résistance azuréenne, Nice, Serre, 1997 et Les lieux de mémoire de la Deuxième guerre mondiale dans les Alpes-Maritimes, Nice, Serre, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément