CAPITAINE Louis, François, Joseph

Par Claude Pennetier

Né le 10 avril 1905, mort en octobre 1994 à Villemoisson ; employé chez Renault puis fonctionnaire ; syndicaliste et communiste.

Fils d’un inspecteur du contrôle des chemins de fer, manœuvre spécialisé puis employé, membre du PC français depuis 1925, Louis Capitaine était secrétaire d’une cellule Renault. En le 22 septembre 1930 à Vitry-sur-Seine, il contracta un mariage blanc avec Basi Reisbaum (voir Thérèse Capitaine), dans le but de lui faire acquérir la nationalité française et de la faire se soustraire ainsi aux mesures d’expulsion, dont pouvait faire l’objet tout étranger manifestant une activité politique subversive. Les témoins étaient des militants communistes : le décorateur Jean Nicolas et Henri Lavalette. Il habitait alors à Vitry-le-François, , 2 place Dubois.
Il resta en contact avec la famille puisque la fille de Basi Capitaine, Irène Capitaine, le qualifiait de « son père adoptif » et se souvenait de ses responsabilités dans le syndicalisme des fonctionnaires. Un divorce fut prononcé en 1950.
L’Humanité du 21 octobre 1994 signalait le décès de Louis Capitaine, à Villemoisson, à quatre-vingt-neuf ans. Vétérans du PCF, il « avait participé activement à la fondation des Amis de l’URSS ». Pendant l’Occupation, il fut résistant « dans les milieux intellectuels du XVIIIe arr. À la Libération, il fut chargé de responsabilités syndicales chez les fonctionnaires, et travailla à l’élaboration du statut des fonctionnaires aux côtés de Maurice Thorez. Ses obsèques eurent lieu au cimetière d’Ivry-sur-Seine le vendredi 21 octobre 1994.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18620, notice CAPITAINE Louis, François, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 22 août 2017.

Par Claude Pennetier

SOURCES : L’Humanité, 21 octobre 1994. — Renseignements communiqués par Lynda Khayat.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément