DEVIGNES Pierre, Raoul

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

Né le 10 novembre 1891 à Ludon-Médoc (Gironde), mort sous la torture ou des suites des tortures subies le 23 septembre 1943 à la maison d’arrêt de Limoges (Haute-Vienne) ; officier de carrière ; résistant OCM, AS.

Stèle aux Francs-Maçons morts en 1939-1945 dans le cimetière de Montendre (Charente-Maritime).
Stèle aux Francs-Maçons morts en 1939-1945 dans le cimetière de Montendre (Charente-Maritime).
Mémorial GenWeb.

Fils de Pierre Devignes et de Marie Petit, il était en 1911, lors de la conscription, aide des postes. Incorporé en octobre 1912 au 11ème régiment d’infanterie à Montauban, il choisit rapidement de s’engager dans l’armée. Caporal en avril 1913, sergent en octobre de la même année, il gravit progressivement les échelons de la carrière militaire. Il fit toute la campagne de 1914 – 1918, passant en septembre 1916 au 417ème RI. Il fut promu sous-lieutenant en mai 1918 puis lieutenant en juin 1920. Il était décoré de la Croix de guerre 5 étoiles avec palme, et de la Croix de guerre belge. Affecté en juillet 1921 au 3ème régiment de Tirailleurs, il fut envoyé au Maroc. En 1925, il rentra en France affecté au 2ème régiment de Tirailleurs à Libourne (Gironde). Il était marié avec Marie Madeleine Meiller, et c’est sans doute à cette période qu’il rejoignit la loge maçonnique du Grand Orient de France « les pionniers du progrès » de Montendre (Charente-Maritime). Il fut promu capitaine en 1932 et affecté en 1935 au 126ème Ri à Brive (Corrèze). Devenu membre de la loge maçonnique « la Fraternité » de Brive, il y côtoya vraisemblablement Martial Brigouleix membre de la même loge et également militaire (il commanda comme capitaine une compagnie du 126ème RI en 1939). Mobilisé en 1939, il participa à la campagne de France puis fut placé en congé d’armistice. Il vint s’installer à Tulle, résidant 27, rue Limouzi (quartier du Pra Limouzi). Raoul (selon le prénom qu’il semble avoir prioritairement utilisé) Devignes s’engagea dans la Résistance devenant responsable OCM pour la Corrèze. Par ailleurs, au second semestre 1942, s’organisa, à Tulle sous la direction de Martial Brigouleix une section armée de l’Armée Secrète avec mission de préparer des terrains de parachutage d’armes. Raoul Devignes sous le pseudonyme de « Bertrand » intégra ce groupe, et en prit même la direction après l’arrestation de Martial Brigouleix le 17 avril 1943. Devenu chef départemental de l’Armée Secrète, Raoul Devignes vint s’installer clandestinement à Allassac (Corrèze). C’est dans ce lieu qu’il fut arrêté à son tour le 1er septembre 1943 par la SIPO-SD de Limoges. Conduit à Limoges, il subit interrogatoires et tortures sans révéler sa véritable identité (l’acte de décès porte le nom d’Henri Vialle). Il mourut à la prison de Limoges sans doute des suites des tortures subies, le 23 septembre1943 « à zéro heure ».
Il obtint la mention mort pour la France en août 1949, et fut fait à titre posthume lieutenant-colonel des Forces Françaises Combattantes. Son nom figure sur le monument aux morts de sa commune natale Ludon-Médoc (Gironde). Il est également inscrit sur la stèle commémorative 1939-1945 du Grand Orient de France dans le cimetière de Montendre (Charente-Maritime), avec six autres noms, ainsi que sur le mémorial du Grand Orient de France, 16 rue Cadet à Paris. Une stèle a été posée à Allassac sur la maison où il fut arrêté et deux rues de Brive-la-Gaillarde et d’Allassac portent son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186401, notice DEVIGNES Pierre, Raoul par Dominique Tantin, Michel Thébault, version mise en ligne le 2 novembre 2016, dernière modification le 7 juin 2021.

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

Stèle aux Francs-Maçons morts en 1939-1945 dans le cimetière de Montendre (Charente-Maritime).
Stèle aux Francs-Maçons morts en 1939-1945 dans le cimetière de Montendre (Charente-Maritime).
Mémorial GenWeb.
Plaque sur la sépulture de Raoul Devignes à Tulle
Plaque sur la sépulture de Raoul Devignes à Tulle
Crédit : Pierre Courteix

SOURCES : Arch. Municipales Limoges 4H142 — Arch. Dép. Gironde (registre matricule) — État civil, mairie de Limoges, registre des décès 1943, vol. 2 acte, n°1506 — mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément