CARCANAGUE Jean-Marie [Jean, Marie]

Par Jacques Girault

Né le 17 juin 1927 à Vézac (Cantal), mort le 28 juin 2007 à Aurillac (Cantal) ; professeur ; militant syndicaliste (SNES, SNCS) ; militant communiste dans le Puy-de-Dôme et à Paris ; conseiller municipal d’Arpajon-sur-Cère (Cantal)

Fils d’un forgeron, artisan rural, Jean-Marie Carcanague fut élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud en section scientifique à partir de 1947. Admissible à l’agrégation de mathématiques en 1950 et en 1951, il fut reçu pendant son service militaire en 1952. Il resta soldat de deuxième classe. Il se maria en septembre 1950 à Arpajon-sur-Cère avec une employée à la Sécurité sociale, catholique, fille d’un ouvrier agricole. Le couple eut deux enfants.
Carcanague, nommé aux lycées de Cahors (1952) puis de Montpellier (1955), devint professeur de mathématiques au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 1958.
Militant du Syndicat national de l’enseignement secondaire depuis 1952,

Carcanague, secrétaire de la section syndicale (S1) de son lycée, était le secrétaire corporatif de la section académique (S3) de 1963 à 1965. Il était le secrétaire corporatif de la section départementale de la FEN et militait dans l’amicale laïque.
Membre du Parti communiste français depuis 1960, Carcanague, secrétaire de la cellule du lycée Pascal, membre du comité de la section communiste (1963), de son bureau (1964), secrétaire de section (1965), entra au comité de la fédération communiste en 1966 avant de devenir responsable fédéral aux intellectuels.
Carcanague, électeur à Arpajon-sur-Cère où il possédait une maison, fut élu conseiller municipal de la commune sur une liste de gauche en 1969 où il était le seul communiste
.

Chercheur autonome depuis son passage à l’ENS, cité comme tel dans le rapport d’agrégation de 1950, il devint attaché de recherches au Centre national de la recherche scientifique en 1967. Il milita alors au Syndicat national des chercheurs scientifiques.
Carcanague présenta sa thèse d’algèbre à la Faculté d’Orsay en 1971 et préféra être nommé sur un poste de professeur en classes de mathématiques et spéciales au lycée Charlemagne à Paris où il termina sa carrière en 1991 avec le grade de professeur de chaire supérieure. Toujours membre du SNES, Carcanague fut, pendant cette période, secrétaire de la cellule communiste du lycée.


Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18659, notice CARCANAGUE Jean-Marie [Jean, Marie] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 9 janvier 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Annuaire de l’ENS. — Renseignements fournis par l’intéressé et par A. Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément