Ferrières (Charente-Maritime), 16 septembre 1944

Par Dominique Tantin

Dans ce bourg de Charente-Maritime, les Allemands massacrèrent neuf civils. Les combats et les exécutions sommaires firent au moins une dizaine de morts parmi les maquisards du groupe FTPF Ricco.

Ferrières est situé sur la RN 11, l’axe routier Niort-La Rochelle, stratégique pour le repli vers la poche de La Rochelle de troupes allemandes harcelées par les FFI.
Le 15 septembre, les Allemands perquisitionnèrent le bourg et menacèrent d’y mettre le feu. Dans la soirée, les Allemands partis, des FFI leur succédèrent. Mais le 16, les Allemands étaient de retour à Ferrières. En début de journée, ils massacrèrent le maire, Paul Chatelin, et huit autres civils. Le village fut dévasté et sept maisons du hameau de Chanteloup incendiées.
Dans l’après-midi, dans le bourg, des combats opposèrent le détachement allemand et des maquisards FFI-FTPF du groupe Ricco. Les pertes furent importantes de part et d’autre : environ trente morts et quatre blessés du côté de la Wehrmacht, une douzaine de morts (voire quinze) chez les FTP, dont plusieurs prisonniers martyrisés : « l’un d’entre eux est retrouvé la gorge tranchée, deux les poings liés et le crâne défoncé. »
À l’issue du combat, les Allemands quittèrent définitivement Ferrières et se replièrent vers La Rochelle.


Treize noms sont inscrits sur le monument aux Morts de Ferrières au titre de la Seconde Guerre mondiale.
Civils massacrés le 16 septembre 1944
BALANGER Maurice
BONNEAU Philippe
CHATELIN Paul
COUSSEAU Maurice
DANGALY Marcel
JARRION Marie
JOUINOT Pierre
RAISON Marcel
RAUT André
Résistants du groupe Honneur et Patrie arrêtés en septembre 1943 par la Sipo-SD
Deux furent fusillés au camp de Souge (Gironde) le 11 janvier 1944
GAUTIER Pierre
ROBERT André
Deux autres moururent en déportation. Il s’agit de Paul JOUINOT et de Pierre ROBERT. Compte tenu de leur jeune âge, leur condamnation à mort fut annulée et ils furent déportés. Paul Jouinot a été transféré à la Prison de Fresnes (94) puis ensuite au Camp du Struthof en Alsace. Pierre Robert est aussi passé par ce camp. Paul, transféré dans un premier temps à Dachau, a perdu de vue son cousin Pierre Robert. Dans un second temps il a été conduit au camp de Neuengamme près de Hambourg où il a disparu. Un jugement de janvier 1948 du tribunal de La Rochelle a confirmé son décès à la date du 7 Janvier 1945.



FFI-FTPF tués lors de l’accrochage [liste provisoire établie à partir de la base de données de Mémoire des Hommes]
CHAGNAUD Olivier, Roland
CONSTANT Abel
COUSSEAU Maurice, Louis
ESTEVE Raymond, Alfred, Antoine
JEANNOT Julien
LACOMMERE Michel, James
MARTHON Maxime, Pierre
RIPPE Marc, Paul
SERRANO Manuel
VIREVALEIX Roger


Si vous possédez des informations et des documents sur ces victimes et sur les résistants abattus à Ferrières, merci de prendre contact avec le Maitron des Fusillés (voir page d’accueil).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186645, notice Ferrières (Charente-Maritime), 16 septembre 1944 par Dominique Tantin, version mise en ligne le 9 novembre 2016, dernière modification le 22 mai 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Agnès Boizumeau, Les évènements de Ferrières, septembre 1944, AERI- La Documentation française, CD-Rom La Résistance en Charente-Maritime, 2010. — Liste de massacres par les forces allemandes en France. — Mémoire des Hommes, liste des résistants morts à Ferrières le 16 septembre 1944. — Informations communiquées le 22 mai 2020 par M. Jean-Pierre SAULET.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément