PILON Jean, Alexandre

Par Michelle Destour

Né le 30 octobre 1901 à Chavanay (Loire), exécuté sommairement le 19 juin 1944 à Annonay (Ardèche) ; industriel en tissages de soieries, musicien à la Fanfare de Chavanay ; résistant, chef de groupe de l’Armée Secrète (AS) sur le secteur Pélussin (Loire) - Péage de Roussillon (Isère), homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).

Jean, Alexandre Pilon était le fils de Jean, Eugène Pilon, directeur de tissage, et de Marie, Claudine Besson son épouse. La famille était domiciliée à Chavanay (Loire).
Il prit la suite de son père à la direction de l’usine de tissage de soieries.
Il s’engagea dans la Résistance et devint chef de groupe de l’AS-Loire sur le versant Pilat et vallée du Rhône.
Pour les résistants d’Annonay (Ardèche) et des montagnes ardéchoises, le débarquement de Normandie fut le signal de l’insurrection. Le 6 juin 1944, un comité local de libération s’installa à l’hôtel de ville d’Annonay. À sa tête, Jacques Méaudre de Sugny dit Loyola, résistant communiste, envoya aussitôt un message au maréchal Pétain : "Annonay libéré par ses propres moyens a proclamé la République et ne reconnaît plus votre autorité. " Pendant près de quinze jours, les soldats FFI allaient repousser les assauts des gardes mobiles et de troupes allemandes venus de la Vallée du Rhône, les obligeant à maintenir des effectifs importants sur place. Le 19 juin 1944, la ville était reprise par les Allemands.
Ce même jour, Jean Alexandre Pilon se rendait à Saint-Martin-de-Valamas (Ardèche) pour une mission au PC de l’Armée Secrète. Sur sa route, Annonay venait de tomber. Son ami Jean Bayon, résistant annonéen, le sollicita pour évacuer avec sa voiture des blessés de l’AS. Ils en sauvèrent trois mais furent surpris par une patrouille allemande au moment où ils intervenaient pour le quatrième.
Arrêtés vers 12 heures 30, à l’intersection de la rue de Roanne et du chemin de Prématré à Annonay et interrogés sur la place d’Annonay, ils nièrent leur appartenance à la Résistance, Jean Pilon expliquant sa présence par son activité commerciale. Exaspérés par leur mutisme et voulant faire un exemple, les Allemands décidèrent de les exécuter en public à la mitraillette.
Les deux hommes furent fusillés vers 16 heures Place de l’hôtel de ville malgré l’intervention du colonel de gendarmerie Chansard (commandant de la Garde) qui intercéda pour qu’on les épargne.
Jean Pilon obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant (DIR).
Son nom figure sur les Monuments aux Morts d’Annonay et de Chavanay, sur la stèle commémorative des victimes de 1939-1945 et sur le monument commémoratif aux victimes du 19 juin 1944 à Annonay.



Annonay (Ardèche) et sa région : les fusillés de l’été 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186658, notice PILON Jean, Alexandre par Michelle Destour, version mise en ligne le 9 novembre 2016, dernière modification le 4 février 2022.

Par Michelle Destour

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 134077 et AC 21 P 661361 (nc). — SHD, Vincennes, GR 16 P 478385 (nc) — Mémorial de l’oppression, Arch. Dép. du Rhône, 3808W, Annonay 142-149. — Fonds du Musée de la résistance et de la Déportation en Ardèche, Arch. Dép. de l’Ardèche, 70J. — Adolphe Demontès, L’Ardèche martyre, imp. Mazel, Largentière, 1946 (P. 218). — Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la Guerre, T.III, Valence,1981 (p.85). — Anne Boudon, Des grenades sous le plancher, carnets de La Vanaude, 2001 (p.l17). — Joseph Chatagner, La libération d’Annonay et de sa région, tapuscrit, 1946. — ANACR, Mémorial de la Résistance en Ardèche, 1994. — CD-Rom AERI (cord. Raoul Galataud), La Résistance en Ardèche, 2004. — Aimé Duranton, FTP 7104 et 7113 èmes Cies, commando 13 de la 13ème demi-brigade de la légion étrangère, tapuscrit, 66p., sd. — André Grenier, Résistant puis insurgé, souvenirs d’un FFI 1935-1945. — Pierre Bonnaud, La République d’Annonay, cahier MATP N°122, 2014. — Pierre Bonnaud, L’Ardèche dans la Guerre 1939-1945, De Borée, 20017. — Mémoire des hommes. — Mémorial GenWeb.— État-Civil de Chavanay (Loire).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément