SZTRUM ou STRUM Marjan

Par Michel Thébault

Né le 8 septembre 1924 à Lublin (Pologne), abattu sommairement à Metz (Moselle) le 31 août 1942 ; juif réfugié en Creuse (OSE) ; victime civile.

Le département de la Creuse accueillit pendant la période de l’occupation un millier d’enfants juifs répartis dans des familles mais aussi dans trois maisons d’enfants appartenant à l’OSE, Œuvre de secours aux enfants, association juive créée en 1912. C’est dans l’une de ces trois maisons établie au château de Chabannes, sur la commune de Saint-Pierre-de-Fursac (Creuse) que fut accueilli Marjan Sztrum. Cette maison avait été créée en novembre 1939 par Félix Chevrier, un des rares directeurs non juifs, socialiste, franc-maçon et hostile dès 1940 au gouvernement de Vichy. Il fit de ce château à l’abandon un lieu d’accueil pour les enfants arrivant de Paris mais aussi de Berlin et de Varsovie. Recevant en 1942 près d’une centaine d’enfants et d’adolescents, Felix Chevrier et son équipe parvint à organiser leur scolarité pour les plus jeunes avec l’aide des écoles des communes voisines, et grâce au soutien de l’ORT (Organisation Reconstruction Travail, institution juive créée en 1921 « pour le développement industriel et agricole parmi les juifs ») à installer un atelier de maroquinerie pour les plus âgés dont vraisemblablement Marjan Sztrum.
Le 26 août 1942, une rafle organisée par la gendarmerie française amena l’arrestation de douze garçons juifs d’origine étrangère et de deux éducateurs ; six jeunes et les deux éducateurs furent rapidement relâchés. Marjan Sztrum fut interné quelques jours au camp de Nexon (Haute-Vienne) en même temps que 450 juifs du Limousin (dont 68 enfants). Il fut ensuite avec tout le groupe déporté vers Drancy puis le 31 août 1942 vers Auschwitz (Pologne) par le convoi n°26. L’historien de la Résistance creusoise Marc Parrotin dans son Mémorial de la Résistance creusoise (op. cit.) indique sans préciser sa source que Marjan Sztrum aurait été abattu en essayant à Metz de s’évader du train qui le conduisait à Auschwitz.
Il est à noter que sur le site de Creuse-résistance (op. cit.) à l’article « Les plaques de Chabannes », il est mentionné (mais là encore sans citer de source) que l’un des jeunes juifs arrêté avec lui, Bernd Warshauer né le 10 avril 1925 à Mannheim (Allemagne) aurait été également abattu en tentant de sauter du train à Gogolin (Pologne).
Tous deux figurent sur le mur des noms du mémorial de la Shoah à Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186663, notice SZTRUM ou STRUM Marjan par Michel Thébault, version mise en ligne le 9 novembre 2016, dernière modification le 22 février 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : Marc Parrotin Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Mémorial de la Shoah — site ajpn, château de Chabannes — site Creuse-résistance, Mme. Ninette Depomme-LavergneLes plaques de Chabannes

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément