DÉSOYER Jacques, Émile

Par Dominique Tantin

Né le 4 août 1919 à Rueil-Malmaison (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine), exécuté sommairement le 15 juin 1944 au camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne) ; menuisier à la SNCF ; résistant FN-FTPF à Saintes (Charente-Inférieure, Charente-Maritime).

Jacques Désoyer travailla aux Chemins de Fer de l’État à compter du 1er octobre 1936 comme menuisier aux Ateliers du dépôt de Saintes. Il fut mobilisé du 17 avril au 11 juin 1940, date à laquelle il aurait été réformé. Le 5 juin 1943 il se maria à Bordeaux et devint père d’un enfant. Il était domicilié 6, rue d’Aliénor-d ’Aquitaine à Saintes.
En juin 1943, Jacques Désoyer était engagé dans un groupe de résistance de cheminots FN-FTP. Il collectait des fonds et faisait parvenir des secours aux résistants emprisonnés à Poitiers. Dénoncé, il fut arrêté le 28 juin par des agents de la Sipo-SD et des policiers français.
Transféré à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers, puis le 6 août au camp de Compiègne-Royallieu. Il fut déporté le 16 septembre 1943 au KL Buchenwald par le convoi dit des "21000". Arrivé le 18 septembre, il reçut le n° 21784.
Le 13 octobre, après la quarantaine, il fut envoyé au camp de Dora où étaient fabriqués les fusées V2. Épuisé, devenu incapable de travailler, il fut envoyé le 27 mars 1944 avec un millier d’autres déportés inaptes au camp de Bergen-Belsen il fut assassiné. Selon le témoignage de son camarade Jean Zapulla, il « décéda le 15 juin [1944] d’une piqure au cœur faite par des détenus de droit commun allemands sur ordre du docteur SS allemand du camp de Bergen-Belsen. »
Son nom est inscrit sur la plaque commémorative 1939-1945 de la SNCF en gare de Saintes (salle des pas perdus) et sur le monument aux Morts de Saintes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186709, notice DÉSOYER Jacques, Émile par Dominique Tantin, version mise en ligne le 10 novembre 2016, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Bernard Doncker in Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF Paris, 2017, p. 504 (iconographie). — AERI, CD-Rom, La Résistance en Charente-Maritime, 2010. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément