BLANCHET Roger, René

Par Michel Gorand, Michel Thébault

Né le 16 avril 1921 à Fléré-la-Rivière (Indre), exécuté sommairement le 15 août 1944 à Longeville, commune de Villedieu (Indre) ; cultivateur ; résistant, sous-lieutenant AS maquis de Villedieu.

Roger Blanchet était le fils de René, Silvain, Georges Blanchet et d’Emma, Maria, Caraty. En 1944, Roger Blanchet, cultivateur, était marié à Émilienne Maingot et domicilié à Vendoeuvres (Indre).
A 20 ans, sans doute en 1941, et pour huit mois, il fut incorporé dans les Chantiers de jeunesse, affecté au groupement no 34 "Sully", basé à Mézières-en-Brenne (Indre). Il en devint l’un des cadres mais s’engagea dans la Résistance après l’occupation de la zone libre. Il rejoignit le maquis AS de Villedieu, appartenant aux groupes francs de Châteauroux (Indre). Ce groupe en cours de constitution à partir d’avril 1943, constitua un maquis à partir de la fin mai 1944, après deux parachutages d’armes et de matériel effectués sur le terrain de la ferme de La Picardie les 30 mai et 5 juin 1944. Dans le dossier d’homologation des formations FFI (SHD Vincennes op. cit.) constitué pour le maquis de Villedieu, Roger Blanchet apparaît en troisième place de l’effectif des cadres officiers avec le grade de sous-lieutenant, chef de section. Les actions de sabotages du maquis contre les voies de communication débutèrent au lendemain du 6 juin 1944. Le 7 août 1944 le bilan des opérations du maquis (SHD Vincennes op. Cit.) indique « capture du poste allemand de Chambon, 17 prisonniers et important matériel ». Quelques jours plus tard le 15 août, et les deux événements sont sans doute liés, une attaque allemande eut lieu contre le camp des maquisards à la ferme de Longeville, commune de Villedieu. L’état des morts du maquis (SHD Vincennes) précise que Roger Blanchet et six camarades ont été « fusillés par les Allemands après avoir été faits prisonniers par encerclement de la ferme par les Allemands (Longeville) ». Selon la déclaration de décès, le 16 août d’Alfred Bourgeault, ami du défunt, secrétaire de mairie de Villedieu, il fut tué vers 17h.
Il obtint la mention « Mort pour la France » fut homologué FFI et obtint le statut Interné-Résistant (DIR). Il reçut à titre posthume la Médaille de la Résistance par décret du 2 avril 1959. Son nom est inscrit sur les monuments aux morts de Vendoeuvres et de Villedieu, ainsi que sur la stèle érigée à proximité de la ferme de Longeville. Il figure également à Mézières-sur-Brenne sur la plaque commémorative « A la mémoire des anciens du Groupement 34 des Chantiers de la Jeunesse Française Morts pour la France ».

Longeville commune de Villedieu (15 août 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186755, notice BLANCHET Roger, René par Michel Gorand, Michel Thébault, version mise en ligne le 11 novembre 2016, dernière modification le 18 novembre 2021.

Par Michel Gorand, Michel Thébault

SOURCES : SHD Vincennes GR 16 P 63696 et SHD Caen AVCC AC 21 P 733360 (nc) — Mémoire des hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, maquis de Villedieu GR 19 P 36/14 — Mémoire des hommes — Mémorial genweb — État civil, acte n° 32 du registre des décès 1944 de Villedieu.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément