QUEVAREC René

Par Dominique Tantin, Michel Quevarec

Né le 16 septembre 1922 à Loqueffret (Finistère), vraisemblablement pendu en août 1944 à La Rochelle (Charente-Maritime) ; résistant des FTP.

René Quevarec, alias Billy puis François, était un FTP originaire du Finistère. Au printemps de 1944, à une date incertaine, il fut envoyé avec d’autres maquisards en Charente-Maritime et affecté au détachement “Valmy” dans le secteur sud du département. La mission avait pour but la formation d’un maquis dans la région de Montendre.
Le détachement "Valmy", 1er détachement F.T.P.F en Charente-Maritime en mai 44, était sous les ordres de Roland Riou, alias "Jimmy", venant de Bretagne.
Jean-Louis Derrien fut à l’origine de ce transfert. Derrien était l’un des deux évadés de la prison St-Charles à Quimper le 12 février 44. L’un de ses compagnons de cellule, Roland Riou, s’évada à son tour, quelques jours plus tard, en région parisienne en sautant du train qui le conduisait à Compiègne. Dès son retour en Bretagne, il se mettra au service de Derrien, au maquis de St-Herbot.
Jean-Louis Derrien, alias "Capitaine Francis" témoignera : “A la suite d’instructions qui m’avaient été données par la Direction régionale de la Résistance, j’ai décidé de faire partir Roland Riou près de Bordeaux pour y constituer un noyau de résistance. Il a pris le train à Quimper avec dix ou quinze hommes.”
Le 30 juin 1944, le détachement ”Valmy” fut attaqué par une colonne blindée SS à Givrezac :
Roland Riou fut arrêté par les Allemands ; il survécut à sa déportation. Louis Vattier, alias “Polo”, originaire de la même ville, est lui aussi arrêté ce jour-là et fusillé à Biard le 1er août.
Le 6 juillet René Quevarec faisait partie d’un groupe de 15 à 20 maquisards stationné dans les bois près de St-Savinien. Il fut arrêté, avec son camarade Gilbert Landais, le 5 août 1944 à St-Savinien par les gendarmes français. Muni de faux papiers, René déclara sa véritable identité et demanda aux gendarmes de les libérer en tant que membres des F.F.I. Accusés de tentative de vol à main armée, ils furent transférés le jour même à la maison d’arrêt de Saintes où ils arrivèrent à 19h45.
Selon un rapport du Commandant de la section de Gendarmerie au Commissaire du Gouvernement : “Au cours du transfèrement, de leur propre initiative, ils rédigèrent dans le véhicule qui les transportait le billet ci-joint qu’ils signèrent de leur nom de guerre : ”BILL et KLEBER.”
Jamais les parents de ces deux jeunes martyrs ne connaîtront l’existence de ce billet. Ils ne firent qu’un bref passage à la maison d’arrêt. La Gestapo de La Rochelle les prit en charge le même jour à 20h20. Conduits à la prison allemande de Lafond, ils furent portés disparus.
"La prison de Lafond va être liquidée de ses hôtes. Le dernier gros convoi partira le 12 août. Trois ou quatre détenus auraient encore été dirigés, le 15, sur la prison de Fribourg. Gilbert Landais et Quévarec ont été vraisemblablement pendus." (Henri Gayot in Occupation Résistance Libération de la Charente-Maritime, p155)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article186775, notice QUEVAREC René par Dominique Tantin, Michel Quevarec , version mise en ligne le 11 novembre 2016, dernière modification le 17 février 2021.

Par Dominique Tantin, Michel Quevarec

SOURCES : SHD Vincennes. 19 P 1712 1/2 Brigade FTPF Sous-secteur C ; GR 16 P 495430 Quévarec René ; GR 16 P 335352 Landais Kléber Gilbert ; GR 16 P 512331 Riou Roland ; GR 16 P 177421 Derrien Jean-Louis. — SHD Caen AC 21 P 528578 Quévarec René ; AC 21 P 625967 Riou Roland ; AC 21 P 472310 Landais Kléber Gilbert ; AC 21 P 167366 Vattier Louis Arsène ; AC 21 P 633386 Derrien Jean-Louis. — Archives consultées par Michel Quevarec que nous remercions vivement pour la communication de ces informations.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément