CHAUDRON Émile.

Par Jean-Louis Delaet

Charleroi (pr. Hainaut, arr. Charleroi), 7 juin 1885 – Charleroi, 17 décembre 1946. Avocat, libre penseur, conseiller communal socialiste de Charleroi, collaborateur au Journal de Charleroi, sénateur représentant l’arrondissement de Charleroi.

Émile Chaudron est le fils d’Adrien Chaudron (1851-1913), avocat, conseiller communal progressiste puis socialiste de la ville de Charleroi de 1895 à 1913 et juge de paix suppléant du canton de Gosselies (arr. Charleroi). Émile Chaudron, docteur en droit de l’Université libre de Bruxelles (ULB), reprend le cabinet de son père en 1911.

De 1914 à 1918, Émile Chaudron s’attache à défendre les patriotes belges devant les conseils de guerre allemands et est nommé membre du Conseil de l’ordre des avocats dans l’entre-deux-guerres.

Conseiller communal socialiste de la ville de 1920 à 1924 et de 1928 à sa mort, Émile Chaudron est échevin de l’État civil de 1921 à 1924. Héritier de la tradition laïque et humaniste de la capitale du Pays noir, il est président de la société de libre-pensée de la ville L’Émancipation, président de l’Union des anciens étudiants de l’ULB de Charleroi-Thuin et membre du conseil d’administration du Journal de Charleroi de la famille Bufquin des Essarts (voir Jules Bufquin des Essarts) où il assure d’ailleurs la rédaction d’une rubrique juridique Journal conseils.
Émile Chaudron est, quelques mois, du 17 mars au 24 mai 1936, sénateur de l’arrondissement désigné par le Comité fédéral du Parti ouvrier belge (POB) à la demande de Léon Matagne*, vice-président de la Fédération : il remplace Émile Mousty, décédé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article187011, notice CHAUDRON Émile. par Jean-Louis Delaet, version mise en ligne le 16 novembre 2016, dernière modification le 17 décembre 2019.

Par Jean-Louis Delaet

SOURCE : Journal de Charleroi, 15 février 1913, 21 décembre 1946.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément