TALLEC Jacques, Marcel

Par Hugues Lenoir

Né le 17 décembre 1965 à Lannion (Côtes-d’Armor) ; CGT-FO ; militant de la Fédération anarchiste.

Jacques Tallec est le fils de Marie-Hélène Rannou née le 12 février 1944 à Trégastel (Côtes-du-Nord), fille de Marcel Rannou mort en déportation, fusillé le 24 avril 1945 et d’Yves Tallec né le 4 août 1937 à Louannec (Côtes-du-Nord) et décédé le 13 avril 2013. Son père de sensibilité centre-gauche fut comptable. Sa mère, sans profession resta au foyer.
Après avoir fréquenté l’école publique maternelle à Trégastel et l’école publique primaire à Louannec, il entra au collège des Sept Iles à Perros-Guirec puis au lycée Félix Le Dantec à Lannion où il eut un bac B, section économique et sociale. Après avoir suivi quelque temps des études d’histoire, il obtint un CAP de moniteur-éducateur en 1995 puis un diplôme d’état d’éducateur spécialisé en 2000. Il fut maître d’internat de 1986 à 1988 respectivement aux lycées publics de Tréguier et de Guingamp. Ensuite, il fut « salarié » comme objecteur à la Maison de quartier de Villejean à Rennes (1988-1990). Il redevint étudiant-salarié comme maitre d’internat au lycée Tristan Corbière à Morlaix, préparant un DEUG Histoire de 1990 à 1994. Puis lors de la préparation d’un CAP de moniteur-éducateur en 1994, il a été stagiaire à l’IME de Cesson-Ginglin à Saint-Brieuc. En 1995, d’abord stagiaire, il fut embauché à la MECS (Maison d’Enfants à Caractère Social) à l’ARASS (Association pour la Réalisation d’Actions Sociales Spécialisées).
Dès sa seconde, il vint à l’anarchisme suite à la lecture de la plaidoirie d’Emile Henri proposé par un professeur d’histoire proche du PC. Dès cette époque il milita quelque temps avec le nièce de Jacques Tati, Valérie Taticheff, ancienne responsable des Konsomols soviétiques passé dissidente orthodoxe et militante de l’ACAT Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture. En 1982, il rédigea ses premiers tracts anti FN. Il fut ensuite durant plusieurs années dans la mouvance anarcho-punk où il tenait des tables de presse où étaient diffusés les fanzines Tapage nocturne et On a Faim de Jean-Pierre Levaray et Fraga de Michel Fedotin dans le mouvement des squats politiques dans le cadre du MOMI (Mouvement d’Occupation des Maisons Inhabitées) de 1986 à 1996. Il fut par ailleurs, membre du MOC (Mouvement des Objecteurs de Conscience et du CSI Comité de Soutien aux Insoumis de Rennes) lors du procès des insoumis Christian Frigoult, Francis Dugay et Thierry Maricourt. Il fut lui aussi Objecteur de conscience de 1988 à 1990 à la maison de Quartier de Villejean.
Son adhésion à la FA date de 1983. Il fut membre de la Commission Prison de la FA avec Pascale Braun/Choisy et militant à la CLEA (Coordination Lycéenne et Étudiante Anarchiste) à Rennes qui fut majoritaire de 1986 à 1989 à l’AGEUR/UNEF et où UEC était minoritaire. De 1994 à 2000, il fut membre fondateur du SCALP No Pasaran de Rennes et milita au GANAR (proche de l’Anarchist Black Cross) pour la libération de Clara Placenti. Il s’engagea aussi au CPCL (Centre de Propagande et de Culture Libertaire) qui ouvrit une librairie en 1983 portée par le GLR Groupe Libertaire Rennais. Puis le groupe FA de Rennes se créa et se développa autour de Fabrice Lerestif, Francis Dugay et Brigitte Magne. Groupe La Sociale qui ouvrit une librairie spécifique FA. Jacques Tallec fut le Président de l’ACL (dès 1989, Association Culturelle Libertaire) qui gère le Local Librairie « La Commune ». Le Groupe de Rennes était membre du Réseau pour un Avenir sans Nucléaire et membre fondateur du CIDELFI collectif anti-raciste de Rennes avec l’UAIR ( ex ASTI). 
Jacques Tallec, fut militant FO avec Fabrice Lerestif et Jean Hédou à l’ASA (Alliance des Syndicalistes Anarchistes) au sein de FO, bulletin fondé par Serge Mahé qui avait prit ses distances avec l’UAS (Union des anarcho-syndicalistes) et avec Alexandre Hébert trop influencé par les trotskistes-lambertistes. Il adhéra d’abord comme étudiant salarié lorsqu’il était pion au SNLC-FO des lycées et collèges puis au SDAS-FO (Action Sociale). Dès 1995, il fut délégué du personnel, puis il eut un mandat de conseiller du salarié de 2007 à 2012. À partir de 2003, il fut délégué syndical central FO de l’ARASS (Association de protection de l’enfance). En 2004, il a été nommé responsable du Service d’ordre de l’UD et assura la responsabilité la même année de la rubrique « Citations mensuels » dans le journal de l’interpro de l’UD-FO. Dans son secteur d’activité, il fut encore secrétaire départemental adjoint (1998-2013) du SDAS-FO et depuis 2013 secrétaire général départemental. Il fut aussi membre de bureau et de la CA de l’UL-FO de Rennes et membre du bureau et de la CE de l’UD-FO depuis le 8 Juin 2001. Il rédigea quelques articles pour le Monde libertaire, de nombreux tracts et quelques motions de congrès syndicales.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article187257, notice TALLEC Jacques, Marcel par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 27 novembre 2016, dernière modification le 17 septembre 2020.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : "L’affaire du sang contaminé", Le Monde Libertaire, n° 956, mai 1994. — Intervention au congrès de l’UD-FO, 3 Juin 2016 à Rennes. — Intervention congrès de la FNAS-FO du 11 au 14 octobre 2016 à Angers

SOURCE : témoignage direct, novembre 2016

Version imprimable Signaler un complément