CARON Liliane [née DUMONT Liliane, Marie-Louise]

Par Jacques Girault

Née le 17 septembre 1924 à Nogent-sur-Oise (Oise), morte le 25 mars 2013 à Limalonges (Deux-Sèvres) ; institutrice ; militante communiste dans la Seine-et-Oise, l’Oise, la Seine-Saint-Denis, les Deux-Sèvres ; responsable de la section de Seine-Saint-Denis du Syndicat national des instituteurs (1968-1977).

Le père de Liliane Caron était garde-frein au dépôt de Creil (Oise) de la Compagnie de chemins de fer du Nord. Syndiqué à la CGTU, il devint agent de gare à Gennevilliers (Seine, Hauts-de-Seine), puis à Sarcelles-Saint-Brice (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) en 1937. Sa mère, ouvrière depuis l’âge de douze ans à la fonderie Montupet à Nogent, devint femme de ménage et gérante d’une bibliothèque de gare. Liliane Dumont reçut les premiers sacrements catholiques mais se détacha de toute pratique durant son adolescence, jusqu’à devenir « athée virulente ». Elle passa sa jeunesse à Nogent. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires, elle entra au cours supérieur à Sarcelles, puis fut pensionnaire au cours complémentaire Michelet à Beauvais. En 1941, reçue au concours des élèves-maîtresses de l’Oise, elle entra au lycée Jeanne Hachette de Beauvais et obtint le baccalauréat philosophie en juin 1944 à Compiègne.

Après son année de formation pédagogique à Melun (Seine-et-Marne), elle enseigna successivement à Grandvilliers, à Saint-Sulpice (1946-1949), à Villers-sous-Saint-Leu (1949-1950), à Montataire (1951), à Béthisy-Saint-Pierre (1951-1955), à Liancourt (1955-1957) et à Creil (1957-1963).

Elle épousa civilement en février 1952, à Béthisy-Saint-Pierre, Pierre Caron, cheminot, militant communiste et syndicaliste, membre du secrétariat de l’Union départementale CGT de l’Oise dans les années 1960. Leurs trois filles ne reçurent aucun sacrement religieux.

Elle dut suivre son mari et enseigna à Épinay-sur-Seine (école Victor Hugo) de 1963 à 1969, avant d’être mutée à l’école du quartier Vert-Galant à Villepinte (Seine-Saint-Denis). En congé de maladie depuis 1977, elle prit sa retraite en 1982.

Liliane Dumont adhéra en 1947 au Parti communiste français à Sarcelles où habitaient ses parents, et devint la secrétaire dans l’Oise de l’Union des jeunes filles de France (1950-1952). Elle participa au festival de la jeunesse démocratique à Berlin.

Adhérente du Syndicat national des instituteurs depuis 1945, elle fut aussi membre de la FEN-CGT, après 1948 jusqu’en 1954. Membre de la commission administrative de l’UD-CGT de l’Oise, elle parrainait un syndicat d’ouvriers agricoles. Élue « Unité et Action » au conseil syndical de la section départementale du SNI, elle fut élue au Conseil départemental de l’enseignement primaire au début des années 1960.

À son arrivée à Épinay, elle entra au conseil syndical de la section de la Seine puis de la Seine-Saint-Denis. Par la suite, elle fut élue au conseil syndical de la section de l’Oise du SNI. À partir de 1968, devenue membre du secrétariat de la section de Seine-Saint-Denis du SNI, elle fut élue aux trois commissions paritaires (comité technique paritaire, commission administrative paritaire départementale, conseil départemental) et conserva ces responsabilités jusqu’en 1975.

Secrétaire de la section communiste de Saint-Leu-d’Esserent en 1950, puis du bureau de la section communiste de Béthisy-Saint-Pierre (1951-1955), secrétaire de la section communiste de Liancourt (1955-1958), elle fit partie du comité de la fédération communiste de l’Oise de 1952 à 1965, responsable au travail en direction des femmes. Selon les indications portées sur sa « bio » et selon son témoignage, elle fut membre du bureau fédéral (1957-1963), responsable du travail en direction des femmes, mais une telle indication n’apparaissait pas dans les listes successives des responsables fédéraux. Elle fut la secrétaire départementale de l’Union des femmes françaises à partir de 1959. Proposée pour le stage central destiné aux instituteurs communistes en septembre 1956, elle y renonça en raison de ses charges familiales. Elle devait suivre les cours de l’école centrale d’un mois du PCF à la fin des années 1950.

Membre du comité de la section communiste d’Épinay (1964-1969), Liliane Caron, quand elle habitait Villepinte, participa au comité et au bureau de la section communiste (1969-1977).

Retraitée, Liliane Caron partit, en 1977, habiter Sauzé-Vaussais (Deux-Sèvres) où elle possédait une maison. Elle devint aussitôt secrétaire de la section et fut candidate aux élections municipales (1977) et au conseil général dans les cantons de Lezay (1979, 1985), de Brioux (1988) et de Sauzé-Vaussais (1991). Secrétaire de la section communiste de Sauzé en 1978, puis du Mellois (1982), elle entra au comité de la fédération communiste des Deux-Sèvres en 1979. Elle participa au bureau fédéral (1982-1990, responsable du travail parmi les femmes et de l’éducation), au secrétariat fédéral (1987-1990, chargée de l’organisation), avant de redevenir seulement membre du comité fédéral, puis de le quitter en 2000 pour devenir présidente de l’Amicale des vétérans communistes des Deux-Sèvres, responsabilité qu’elle exerçait toujours en 2006.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18742, notice CARON Liliane [née DUMONT Liliane, Marie-Louise] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 15 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressée. — Notes de Jean-Pierre Besse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément