GASC René, Louis

Par André Balent, Michel Gorand

Né le 28 juillet 1921 à Montpellier (Hérault), mort en action le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse (Indre) ; résistant de Sète (Hérault) ; membre de Combat et du groupe franc (AS) de Sète ; maquisard de l’Indre (FTPF) ; requis permanent.

Fils de Louis, Jules, René Gasc et de Maria Lampin son épouse était né à Montpellier où résidaient ses parents ;.
Résistant de l’Hérault, alors qu’il résidait à Sète (Hérault), il appartenait au groupe franc (AS) formé dans cette ville par les adhérents du mouvement Combat. Après des arrestations de membres du GF et une exécution par la Milice (Voir : Fouilhé Georges), il quitta l’Hérault.

René Gasc était requis permanent, célibataire, domicilié rue Jean-Jacques Rousseau à Argenton. Il avait intégré le groupe de FTPF commandé par Henri Lathière alias "commandant Tito". Ce maquis décida — initialement avec l’Armée secrète de Châtillon-sur-Indre — de s’emparer d’Argenton [Argenton-sur-Creuse en 1958], à commencer par la gare ferroviaire. Comme l’AS était mobilisée par une opération de dernière minute à Chauvigny (Vienne), les FTPF entreprirent seuls l’opération contre Argenton le 9 juin 1944. Le même jour, la 15e compagnie du régiment Der Führer de la division SS « das Reich » envahit Argenton vers 17 heures 45. Les FTPF essayèrent an vain de s’opposer aux SS en particulier au carrefour entre les avenues Ledru-Rollin et Georges-Sand. René Gasc et Léon Defait, furent, quasiment au même moment, les 2e et 3e victimes des Allemands.

Vers 18h30 tous deux, alors qu’ils tentaient de s’opposer par les armes aux soldats allemands, furent atteints par des balles. Blessé grièvement, René Gasc fut transporté à la clinique Burguet, rue Ledru-Rollin, où il mourut à 23h (déclaration de décès d’Auguste Caumel). Inhumé initialement à Argenton, il fut ré-inhumé ensuite à Montpellier.

Reconnu « Mort pour la France » ; son nom figure sur le Mémorial du 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse. Il figure aussi sur la stèle des résistants de Sète morts au combat dans le cadre d’un maquis.

Le 9 juin 1944 à Argenton-sur-Creuse

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article187604, notice GASC René, Louis par André Balent, Michel Gorand, version mise en ligne le 10 décembre 2016, dernière modification le 31 octobre 2020.

Par André Balent, Michel Gorand

SOURCES : Arch. com. Argenton-sur-Creuse, état civil, n°97 du registre des décès. — Jacques Blin & Jean-Claude Richard, « Un groupe franc de Combat à Sète durant la Seconde Guerre mondiale », Études héraultaises, 45, Montpellier, 2015, p. 154-158 [publication commentée d’un rapport issu des archives privées de François Chafes membre du GF de Sète relatant les activités de Combat et du GF de Séte rédigé en août 1955 par quatre de ses membres, Maurice Roche, Léon Magurno, Edmond Millet et Louis Oulhiou. — Pierre Brunaud, « Argenton-sur-Creuse dans la guerre », 2008. — Guy Penaud, La "Das Reich" 2e SS Panzer-Division, préface d’Yves Guéna, introduction de Roger Ranoux, Périgueux, La Lauze, 2005, 558 p. [p. 253 ; p. 513]. — Site MemorialGenWeb consulté le 30 octobre 2020 (par André Balent).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément