CARPENTIER René, Marcel

Par Claude Pennetier, Éric Dancoisne

Né le 1er juin 1893 à Crépy-en-Valois (Oise), mort en déportation le 15 octobre 1942 à Birkenau ; ébéniste ; militant communiste ; conseiller municipal de Fresnes (Seine, Val-de-Marne).

René Carpentier
René Carpentier
René Carpentier à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942
Source : Mémoire Vive.

Fils d’un ébéniste, Charles Carpentier et de Marie Julie Leclerc, ménagère, René Carpentier appartenait à une famille ouvrière et nombreuse de dix enfants. Les recensements du début du siècle, de 1901 à 1911, indiquent quatre frères ouvriers d’usine à l’entreprise Clair de Crépy-en-Valois, comme leur père ; la famille habite alors à Saint-Sauveur.
René Carpentier débuta son service militaire en novembre 1913, participa à la guerre et retrouva la vie civile en août 1919. Il fut décoré de la Croix de guerre 1914-1918. Le 17 mai 1919, il se maria avec Madeleine Malessan, à Saint-Sauveur ; le couple s’installa à Montmacq, deux filles naquirent, Lucienne en 1920 et Simone en 1922.
Nous perdons ensuite sa trace et le retrouvons toujours ébéniste, élu conseiller municipal communiste de Fresnes (Seine, Val-de-Marne) aux élections partielles les 27 juin et 4 juillet 1937, sur la liste dirigée par Maurice Catinat. Le conseil municipal de Fresnes fut suspendu par le décret du 4 octobre 1939 et remplacé par une délégation spéciale. La préfecture de la Seine déchut René Carpentier de son mandat le 9 février 1940, puis le fit interner administrativement le 5 octobre 1940 à Aincourt (Val-d’Oise). Il fut transféré le 4 décembre dans la prison de Fontevrault (Maine-et-Loire), en janvier 1941 à la centrale de Clairvaux, en septembre de la même année au camp d’internement de Rouillé (Vienne) avec une centaine d’internés de son groupe puis au camp de Royallieu à Compiègne (Oise) en février 1942.
Désigné comme otage en représailles des actions armées de la Résistance contre les troupes d’occupation allemandes, il fut déporté le 6 juillet 1942, dans le convoi des 45000, n° 45332, à Auschwitz. Placé dans un block à Birkenau dans le cadre d’un travail forcé, il y mourut le 15 octobre.
A Fresnes, son nom est inscrit sur la plaque commémorative aux conseillers municipaux de la ville "victimes de la barbarie nazie" apposée dans la mairie ainsi que sur le monument aux morts.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18772, notice CARPENTIER René, Marcel par Claude Pennetier, Éric Dancoisne, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 29 novembre 2016.

Par Claude Pennetier, Éric Dancoisne

René Carpentier
René Carpentier
René Carpentier à son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942
Source : Mémoire Vive.

SOURCES : Arch. Paris, DM3 et versement 10451/76/1. — Arch. Com. Fresnes. — Site Mémoire Vive . — site de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation . — Éric Dancoisne René Carpentier, itinéraire d’un Crépynois 1893-1942 Histoire du Valois n°6 2016 . — État civil de Crépy-en-Valois.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément