BENOÎT Pierre

Né le 10 mars 1930 à Le Mayet-de-Montagne (Allier) ; ouvrier métallurgiste de la SNECMA à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; syndicaliste CGT et militant communiste.

Fils d’un artisan menuisier membre du Parti communiste depuis 1925, Pierre Benoît vécut l’avait-guerre de sa ville natale 1 600 habitant puis le guerre à Saint-Yorre. Il fréquenta l’école professionnelle de 1945 à 1948 obtenant le CAP et le BEI de tourneur. Il se syndiqua à la CGT, fédération de Métaux, à Riom (Puy-de-Dôme) en 1948, à l’UJRF puis aux Jeunesses communistes (1948-1955) et au Parti communiste en 1950.
Il entra à la SNECMA, à Suresnes en octobre 1955 puis fut muté à Corbeil en 1966.
Pierre Benoît fut délégué du personnel à Suresnes de mai 1957 à 1966. À Corbeil, il représenta la CGT au comité d’entreprise puis au Comité central d’entreprise. Il siégea à la commission exécutive de l’USTM-RP de 1967 à 1971 et à celle de l’USTM nationale de 1971 à 1974. Il fut membre du bureau nationale de l’UFR-Métaux de 1989, à 1995.
Secrétaire du syndicat CGT SNECMA à Corbeil en mai 1968, il y fut extrêmement actif dans la mouvement de grève. Le livre SNCMA reproduit (p. 21-28) son discours du 19 juin 2008 tirant le bilan de la grève.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article187727, notice BENOÎT Pierre, version mise en ligne le 14 décembre 2016, dernière modification le 18 novembre 2020.

SOURCE : SNECMA. Des femmes et des hommes debout, essai biographique de militant-e-s, coordonnée par Claude Doucet, Éditions Helvétius, 2016.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément