KINDER Raymond. Pseudonyme dans la résistance : RICARD

Par Michel Gorand

Né le 23 décembre 1916 à Angers (Maine-et-Loire), mort à l’hôpital le 12 juin 1944 à Châteauroux (Indre) ; AS, NAP, FFC, FFI.

Cliché Ginette Gorand

Fils d’Aloïs Kinder et de Caroline, Mélanie Gwinner, son épouse, Raymond Kinder, instituteur alsacien, s’était replié à Périgueux (Dordogne) en 1940 avec sa famille. Engagé dans la Résistance à Combat, dès les premiers jours, il dirigea le NAP (noyautage des administrations publiques), puis il fut envoyé dans l’Indre en fin 1943, où il devint secrétaire départemental des NAP et travailla en étroite relation avec Jean Traversat secrétaire départemental des MUR arrivé de Limoges en décembre 1943 organisateur des CDL et CLL dans l’Indre. Membre de l’Armée secrète (AS), il siégeait à l’État-major du Groupe Indre Est ; il était domicilié, en dernier lieu au 63 rue Fontaine Saint Germain à Châteauroux.

Il fut blessé mortellement le 12 juin 1944 dans l’après-midi, lors de l’attaque, par une colonne allemande conséquente, du maquis installé aux Laboureaux, commune de Jeu-les-Bois (Indre), fait prisonnier, interné à la caserne Bertrand à Châteauroux puis transporté à l’hôpital. L’acte du décès à 21h à Châteauroux a été établi au nom de Maders Raymond, sur déclaration d’Émile Boulay secrétaire de police et rectifié par jugement du tribunal civil de Châteauroux du 29 mai 1945.

Reconnu « Mort pour la France » le 17 décembre 1945, son nom est inscrit sur la stèle érigée à « Les Laboureaux » au carrefour de D12 et D74a. Il fut homologué Forces françaises combattantes (FFC) et Forces françaises de l’Intérieur (FFI), dossier GR 16P n°320 157. Jeu-les-Bois (le 12 juin 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article187761, notice KINDER Raymond. Pseudonyme dans la résistance : RICARD par Michel Gorand, version mise en ligne le 15 décembre 2016, dernière modification le 6 juin 2021.

Par Michel Gorand

Cliché Ginette Gorand

SOURCES : n° 457 du registre des décès de Châteauroux. — ANACR Indre, Combats des maquisards Indre été 1944, 2012. — E Dervillers et G Langlois, Le 1er Bataillon du groupe Indre Est des FFI, 1994. — Mémoire d’une Époque-Indre 1940-1944 de Michel Jouanneau, 1995, Badel-Châteauroux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément