CARRON Lucien

Par Jacques Girault Julien Veyret

Mort en décembre 1956 ; professeur ; syndicaliste ; auteur.

Originaire de l’Isère, Lucien Carron, dont le père avait été tué à la guerre en 1917, pupille de la Nation, était élève de l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique (1934-1936, section EF lettres-langues). Mobilisé à la déclaration de guerre, sous-lieutenant, instructeur à Nancy (Meurthe-et-Moselle), il avait eu un comportement jugé exemplaire lors de l’invasion allemande en avril 1940, lors de la défense d’un pont dans l’Aisne avec son unité. Avait-il été volontaire dans les corps francs ? En captivité jusqu’en avril 1941, il rédigea son témoignage. Le manuscrit édité à Grenoble, en zone libre, pouvait convenir aux autorités gouvernementales pour montrer le courage et l’amour du pays.
Il épousa une professeure, militante syndicaliste Marie-Antoinette Carron.
Malade, il enseigna de 1952 à 1956 au Centre national de l’enseignement par correspondance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18825, notice CARRON Lucien par Jacques Girault Julien Veyret, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Jacques Girault Julien Veyret

ŒUVRE : Fantassins dans l’Aisne, mai-juin 1940, Paris et Grenoble, Arthaud, 1943, 203 p., 1944, 247 p. — Nuits sans Aubes, Paris et Grenoble, Arthaud, 1946, 304 p.

SOURCES : Nombreuses indications sur Internet. — Presse syndicale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément