PELOU Madeleine, Maria

Par Jacques Girault

Née le 12 février 1917 à Paris (XVe arr.), morte le 28 mars 2001 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) ; institutrice dans la Seine ; militante communiste.

Fille de Léon Pelou, chauffeur, et de Florence Harlet, employée, Madeleine Pelou entra à l’École normale d’institutrices en 1934. Elle enseigna dans la Seine à partir de 1937.

Syndiquée, membre des Groupes de Jeunes, elle faisait partie des militantes de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement. Elle adhéra au Parti communiste et à l’Union des jeunes filles de France en 1937. Elle était la compagne de Philippe Rebière dit Pierre, ouvrier, militant communiste, commissaire politique des brigades internationales, résistant, fusillé le 9 octobre 1942 par les Allemands. Conformément au vœu de ce dernier, elle s’occupa de son fils, né d’une précédente liaison, Pierre Rebière, avant d’obtenir, après la guerre, le droit de l’élever.
Elle-même participa à la Résistance contribuant à la reconstitution du Syndicat national des instituteurs et à la publication clandestine de L’École libératrice.

Après la guerre, toujours communiste, elle participait aux activités du Secours populaire et du Mouvement de la Paix. Après la scission de la CGT, elle était double affiliée au SNI et à la FEN-CGT de jusqu’en janvier 1954.

Elle se maria le 8 avril 1972 à Paris (XIVe arr.) avec Pierre, Bernard Guérin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188339, notice PELOU Madeleine, Maria par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 janvier 2017, dernière modification le 11 mars 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Thèse de Pierre Roche. — Arch. état civil Paris. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément