BAUFUMÉ Charles, François, Marie

Par Michel Gorand, Michel Thébault

Né le 12 février 1916 à Saint-Secondin (Vienne), mort en action le 10 juillet 1944 à Ciron (Indre) ; domicilié à Bethines (Vienne) ; résistant AS de la Vienne, maquis Marcel.

Charles Baufumé était le fils de Jean, Ernest, Marie, Édouard Beaufumé (né le 23 avril 1883 à Angers) propriétaire et de Marie, Marguerite Bellaud (née le 9 novembre 1886 à Saint-Secondin). Sa grand-mère Jeanne, Françoise, Eugénie de La Rocque de Séverac, épouse de Henri, Constant Baufumé (né le 23 janvier 1844 à Lussac-les-Châteaux, Vienne), officier, Chevalier de la Légion d’honneur et décédé le 1er février 1901 à Poitiers, avait fait donation à ses trois enfants en septembre 1911 de ses domaines de la Petite Ville (commune de Journet, Vienne) et de Vrassac, commune de Béthines. Ses deux fils, Charles, Marie, Félix (né en 1884 à Angers, Maine-et-Loire) et Jean, Ernest, Marie, Édouard avaient épousé à Saint-Secondin (Vienne) respectivement les 27 septembre 1911 et 29 août 1913, deux sœurs Renée, Marie Bellaud et Marie, Marguerite Bellaud, filles d’un notable, propriétaire foncier au lieu-dit Les Forêts, commune de Saint-Secondin. Aux recensements de 1931 et 1936, Jean (prénommé le plus souvent Édouard) et sa femme résidaient à Vrassac, commune de Béthines. Ils avaient eu 7 enfants, Paulette en 1914, Charles en 1916, Marguerite en 1918, Geneviève en 1920, François en 1921, Louis en 1923 et Monique en 1927.

Charles Baufumé s’engagea dans la Résistance sans doute à l’été 1944, en même temps que son frère Louis, Marie, Michel, René, Joseph Baufumé (né le 21 février 1923 à Béthines, Vienne) au sein du maquis AS « Marcel », appartenant au groupement Gilles (commandant Ferron). Ce maquis du nom de son chef Marcel Maujean se constitua après le 6 juin 1944. Le groupe s’installa d’abord dans les bois dits de la Petite Ville sur la commune de Journet puis à Béthines dans l’est du département de la Vienne à la limite de l’Indre. Ces deux lieux étaient donc très proches du domicile des frères Baufumé.

Début juillet, le groupe décrocha dans l’Indre toute proche avec celui du commandant Gilles afin d’échapper à une attaque allemande menaçante et s’installa avec le maquis Baptiste à la ferme des Descends, commune de Ciron (Indre). Le 10 juillet 1944 une colonne allemande quitta son cantonnement au nord de Poitiers et se dirigea vers Le Blanc (Indre) pour attaquer les maquis de la Vienne qui s’étaient réfugiés dans ce secteur de l’Indre. Au Blanc la colonne allemande, accompagnée par des miliciens se divisa en trois groupes et le combat contre les maquis dura toute la journée. L’attaque de la ferme des Descends s’acheva, en raison de l’impréparation du maquis et de la supériorité militaire allemande, par un massacre dont Charles Baufumé fut l’une des victimes. Selon la déclaration du 11 juillet de Paul Bérode, médecin à Bélâbre (Indre) : « Soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI) il fut tué au combat le 10 juillet 1944 vers 8h, lors de l’attaque des soldats allemands en nombre supérieur, au lieu-dit des Descends, commune de Ciron ».

Il obtint la mention mort pour la France mais son nom n’apparaît sur aucun monument aux morts. Il ne figure pas non plus sur les monuments commémoratifs du 10 juillet 1944 aux Descends et à Bélâbre (vraisemblablement identifié tardivement, il appartient sans doute au groupe des 6 inconnus inscrits comme tels sur les monuments).



Bélâbre, Ciron, Lignac (10 juillet 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188394, notice BAUFUMÉ Charles, François, Marie par Michel Gorand, Michel Thébault, version mise en ligne le 6 janvier 2017, dernière modification le 6 janvier 2022.

Par Michel Gorand, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Vienne (état civil, recensements) — Résistance Indre et vallée du Cher, G Guéguen-Dreyfus et B Lehoux, 1972. — site Geneatnet.org — État civil, acte n° 57 du registre des décès de Bélâbre (Indre).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément