SCISLOWSKI Piotr (Pierre)

Par Daniel Grason

Né le 24 janvier 1903 à Rzeszow (Pologne), mort le 1er mai 1944 à Mauthausen (Autriche) ; manœuvre ; légionnaire ; volontaire en Espagne républicaine ; interné ; membre des FTP-MOI de la région parisienne ; déporté.

Pierre Scislowski
Pierre Scislowski

Fils d’André et de Marie, née Firrek, Pierre Scislowski arriva en France en 1926, sans travail, il s’engagea dans la Légion étrangère en 1931 pour cinq ans. Il fut envoyé en Algérie à Aïn Sefra, puis à Colomb-Béchar. Libéré en mars 1936, il s’engagea en septembre dans les Brigades internationales.
Il combattit dès septembre 1936 avec la centurie Gaston Sozzi composée de quatre-vingt hommes, en majorité des communistes italiens, de quelques polonais et hongrois. Il était en terre espagnole sous le nom de Marok. Il fut ensuite incorporé dans la XIIIe Brigade internationale Dombrowski.
Lors du retrait des Brigades internationales, il a été interné au camp de Gurs (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), puis au camp d’Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Il aurait tenté en vain de regagner la Pologne, il s’engagea dans une Compagnie de travailleurs étrangers, il y resta deux mois. Se dirigeant vers la région parisienne, il travailla dans différentes localités, en dernier lieu pour la société Arts et Bois à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Il aurait été débauché selon ses déclarations en novembre 1942.
Il vivait au 51 rue des Cités à Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis). Il avait rendez-vous le 5 décembre 1942 avec Matuch [Karel Stefka], membre du premier triangle de direction des FTP-MOI de la région parisienne. Vers 17 heures, alors qu’il se rendait au rendez-vous fixé boulevard Lefebvre à Paris (XVe arr.), trois inspecteurs de la BS2 l’appréhendèrent.
Fouillé lors de son arrestation, il portait sur lui : un plan du métro annoté, une enveloppe de paye, et une feuille de papier manuscrite en polonais. Son logement fut perquisitionné, les policiers saisissaient trois laisser-passer allemands et deux carnets annotés où figuraient des noms et des adresses. Pierre Scislowski était inconnu des différents services de police, il était titulaire d’une carte d’identité délivrée par la préfecture de Seine-et-Oise, valable jusqu’au 25 décembre 1942.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales à la Préfecture de police, il déclara qu’il devait remettre à « Paul », Karel Stefka alias Matuch une carte de la part de « Jacques ». Frappé à plusieurs reprises il reconnaissait être un membre permanent de l’organisation, il était appointé mille trois cents francs par mois, plus des tickets d’alimentation.
Il affirma « Je n’ai participé à aucun attentat et n’ai eu jusqu’à ce jour aucune arme à ma disposition ». Les policiers lui présentèrent plusieurs photographies de clandestins, il certifia n’en connaître aucun. Les courriers qui venaient de Pologne émanaient de membres de sa famille et d’amis. Il déclara avoir rencontré un prénommé « Jacques par hasard à Paris », il le décrivit, donna un signalement.
Incarcéré, Pierre Scislowski était le 22 avril 1943 à Compiègne dans un convoi de neuf cents quarante-sept détenus à destination de Mauthausen (Autriche). Il était affecté le 2 juin 1943 au Kommando de travail de Loibl Pass, où les détenus creusaient un tunnel entre l’Autriche et la Yougoslavie (Slovénie), avec d’autres détenus, il s’évada le 19 avril 1944. Reprit le 30 avril 1944, ramené à Mauthausen, matricule 28526, il y mourut le 1er mai 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188443, notice SCISLOWSKI Piotr (Pierre) par Daniel Grason , version mise en ligne le 8 janvier 2017, dernière modification le 30 juin 2018.

Par Daniel Grason

Pierre Scislowski
Pierre Scislowski

SOURCES : Arch. PPo. GB 112 BS2 carton 20, KB 10, KB 25, 77W 116 (dossier Marceline Gruwier). – Castells Andreu, Las Brigadas internacionales de la guerra de España, Barcelone Ariel, 1974. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 188 cliché du 7 décembre 1942

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément