GRAZIOLI Georges.

Par Philippe Wilmouth

Né le 28 avril 1920 à Clouange (Moselle), mort le 5 juillet 1944 au Sonderlager de Metz-Queuleu (Moselle annexée) ; lamineur ; résistant du Groupe Mario.

Georges Grazioli
Georges Grazioli
Crédit photo : Mémorial Genweb

Célibataire, Georges Grazioli habitait Vitry-sur-Orne (Moselle annexée). Le 1er janvier 1943, il entra au Groupe Mario animé par l’instituteur Jean Burger*qui regroupait principalement des militants communistes et des syndicalistes cégétistes mosellans dans la lutte contre les Allemands par des actions de propagandes antinazies, des sabotages dans les usines, des passages de prisonniers de guerre, la récupération d’armes…
Pour son implication dans ce mouvement, notamment la distribution de tracts à l’usine, il fut arrêté le 9 février 1944 à l’usine Jamailles de Rosselange, interné yeux bandés et mains liées au camp spécial de la Gestapo installée au fort de Metz-Queuleu et succomba le 24 février 1944.
Récupéré à la morgue du cimetière de l’Est à Metz, il fut inhumé au cimetière de Rombas. Son nom figure sur la plaque commémorative « A la mémoire des victimes de la barbarie nazie » installée depuis 1977 à l’entrée de camp d’internement réhabilité.
Voir Sonderlager de Metz-Queuleu (Moselle annexée)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188498, notice GRAZIOLI Georges. par Philippe Wilmouth, version mise en ligne le 10 janvier 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Philippe Wilmouth

Georges Grazioli
Georges Grazioli
Crédit photo : Mémorial Genweb

SOURCES : DAVCC, dossier statut. — Ascomémo-Hagondange, fichier ADIRP. — Léon Burger, Le Groupe Mario, Metz, imp. Hellenbrand, 1965, p. 18.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément