WEBER André

Par Philippe Wilmouth

Né le 14 septembre 1925 à Hagondange (Moselle) ; mort des suites de ses blessures le 11 septembre 1944 à Silvange (Moselle) ; résistant FFI.

La famille Weber à Paris. André est au milieu.
La famille Weber à Paris. André est au milieu.
Crédit Photo : Ascomémo-Hagondange.

Il habitait Hagondange où son père était propriétaire d’un garage. Parce que ce dernier s’était engagé volontaire dans la Légion de l’armée française en 1914-18 alors que la Moselle était allemande, la famille fut expulsée par les Allemands le 7 septembre 1940, dirigée sur Lyon (Rhône) avant de rejoindre Paris.
En 1944, André et son frère Louis s’engagèrent dans les FFI des Lilas à Paris Est, section C. En août 1944, il participa aux combats de la libération de la capitale, en particulier celui du tunnel de Ménilmontant. Il fut ensuite incorporé dans les FFI du colonel Bougoin et chargé de mission près des troupes de la 3ème Armée américaine. Il arriva avec elle en Moselle le 7 septembre 1944 et s’installa dans la maison parentale à Hagondange, commune évacuée de sa population par les Allemands dans le cadre de la mise en défense de Metz assiégée pendant plus de deux mois. Le 8, avec d’autres FFI, il fit prisonnier un Allemand en patrouille dans ce no man’s land.
Le 9, des tirs d’artillerie allemands depuis la rive droite de la Moselle tuèrent 6 ou 7 soldats américains et en blessèrent une quinzaine d’autres ainsi qu’André Weber, à la tête. Ce dernier fut conduit à l’hôpital de Silvange où il décéda le 11 septembre à 12h. Il fut inhumé au cimetière de Hagondange. En 1946, une plaque déplacée à différentes reprises est apposée par l’UNC non loin du bombardement indiquant qu’« ici est tombé le 11 septembre 1944 l’FFI André Weber à l’âge de 19 ans pour que la France vive. » et elle est toujours visible.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188677, notice WEBER André par Philippe Wilmouth, version mise en ligne le 15 janvier 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Philippe Wilmouth

La famille Weber à Paris. André est au milieu.
La famille Weber à Paris. André est au milieu.
Crédit Photo : Ascomémo-Hagondange.
1946, inauguration de la plaque commémorative à Hagondange par Jean Bolis, président des FFI de la vallée de l'Orne.
1946, inauguration de la plaque commémorative à Hagondange par Jean Bolis, président des FFI de la vallée de l’Orne.
Crédit Photo : Ascomémo-Hagondange.

SOURCES : état-civil Hagondange. — Arch. Familiales. — Groupe d’Histoire locale de Hagondange, récit de Louis Weber, FFI, frère d’André, blessé le 9 septembre 1944. — Philippe Wilmouth, Grosshagendingen, Knutange, éd. Fensch Vallée, 2005, pp. 206-207.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément