FLOUEST Odette [née ÉLIE Odette, Marthe]

Par Didier Bigorgne

Née le 30 janvier 1919 à Saint-Yrieix (Haute-Vienne), morte le 8 septembre 2006 à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (Loiret) ; institutrice, économe, puis conseiller d’administration scolaire et universitaire ; syndicaliste de la FEN ; secrétaire du comité des Ardennes du Mouvement de la paix (1950-1952).

Fille d’un couple de cultivateurs qui exploitait une ferme à Saint-Yrieix, sur la route de Limoges, Odette Élie fréquenta l’Ecole normale d’institutrices de Périgueux (Dordogne). Elle était institutrice quand elle épousa Marcel Boulesteix, instituteur, le 28 octobre 1940, à Bergerac. Veuve, elle exerçait le métier d’économe quand elle se maria, en secondes noces, avec Jean Eugène Prudent Flouest, un instituteur qui devint professeur, le 27 mars 1948 à Alençon (Orne). Le couple eut une fille.

Odette Flouest fut nommée au poste d’économe à l’Ecole normale d’institutrices de Charleville le 3 octobre 1949. Dans le courant du mois de mai 1950, lors d’une réunion au café Lassaux à Mézières, elle constitua, avec le communiste René Matz*, le comité des Ardennes du Mouvement de la paix dont elle devint la secrétaire départementale. Le 29 octobre suivant, elle participa aux assises départementales qui rassemblèrent deux cents délégués.

« Non communiste, à la fois convaincue et organisatrice, douée d’une claire élocution », comme la décrivait l’historien-militant Henri Manceau*, Odette Flouest fut à l’initiative du rassemblement national pour la paix présidé par Frédéric Joliot-Curie*qui accueillit sept mille personnes au stade Albeau à Sedan, le 11 mai 1952. La lutte contre la guerre d’Indochine et celle contre le réarmement allemand furent au cœur de la manifestation.

Odette Flouest,suppléante de Georges Benoit* (FEN-CGT) à la commission administrative de la section des Ardennes de la Fédération de l’éducation nationale, siégea régulièrement du 28 octobre 1950 au 6 novembre 1951. Elle fut candidate, en cinquième position sur la liste cégétiste, aux élections du 6 novembre 1951 pour le renouvellement de la commission administrative de la section départementale de la FEN. Son mari Jean Flouest , membre du SNES (Syndicat national de l’enseignement secondaire), figurait à la sixième place sur la même liste. Militant du Parti communiste, il fut élevé au grade de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur pour son engagement et son combat contre le Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mutée à l’École normale d’institutrices de Lons-le Saunier (Jura), Odette Flouest quitta le département des Ardennes en juillet 1952. Elle devint intendante, puis elle partit à Tours (Indre-et-Loire) en 1962. Elle y travailla, en qualité de conseiller d’administration scolaire et universitaire, jusqu’à à son départ à la retraite en 1979.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188766, notice FLOUEST Odette [née ÉLIE Odette, Marthe] par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 18 janvier 2017, dernière modification le 19 novembre 2021.

Par Didier Bigorgne

Notes : Arch. Dép. Ardennes 40W 13 ; 40W 36.— Liberté, 1950à 1952. — Bulletin de la section ardennaise du Syndicat national des institutrices et instituteurs publics de France et des colonies et de la Fédération de l’éducation nationale, 4ème trimestre 1951.— Témoignage d’Henri Manceau (août 1983).— Renseignements communiqués par Patricia Flouest, fille de l’intéressée.— Etat civil de Saint-Yrieix, de Bergerac et d’Alençon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément