Le Poinçonnet (Indre), 30 août 1944

Par Michel Gorand

Massacres du 30 août 1944 au Poinçonnet (Indre).

Cliché Ginette Gorand

Les soldats allemands, accompagnés d’une formation d’Hindous arrivent au Poinçonnet le 30 août 1944 ; ils terrorisent, pillent la population, violent des femmes (une dizaine)... le matin 2 gendarmes sont tués près du cimetière, le Maréchal des Logis Chef Charles Denis et Robert Isambourg, puis un maquisard est tué sur la route de la Forge de l’Ile, René Chantelat et 4 autres sont tués : Jean Demasse, Marcel Montagu, Georges Sandrier et Jean Segalen. Sur la commune, il y a 4 stèles.

DENIS Charles, Claude
ISAMBOURG Robert, Jean, Eugène
CHANTELAT René, Julien
SANDRIER Georges, Roger
SÉGALEN Jean, François, Marie, Guillaume
DEMASSE Jean
MONTAGU Marcel

Demasse et Sandrier à « Les Chapitres », Brion, la veille.
Ils sont tombés le 29 août 1944 dans le secteur de Levroux – Brion au lieu-dit « Les Chapitres » : la 3ème compagnie du 1er bataillon du groupe Indre- Est se dirigeait de Liniez vers Levroux ; avisée de l’arrivée d’une colonne ennemie, elle fait demi-tour mais elle est attaquée au mortier et 2 FFI sont blessés mortellement, Affret Louis et Billoy Marcel et 2 autres sont blessés, puis soignés à l’hôpital d’Issoudun, d’où ils repartent le lendemain et se font tués à Le Poinçonnet, Demasse Jean et Sandrier Georges.

AFFRET Louis
BILLOY Marcel

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188785, notice Le Poinçonnet (Indre), 30 août 1944 par Michel Gorand, version mise en ligne le 19 janvier 2017, dernière modification le 14 février 2019.

Par Michel Gorand

Cliché Ginette Gorand
Michel Gorand, Morts à l’été 1944 dans l’Indre, 2017, 121 p.

SOURCES : G. Gueguen-Dreyfus et B. Lehoux, Résistance Indre et Vallée du Cher, tome 2, 1972. — ANACR Indre , Combats des maquisards Indre été 1944, ANACR, 2012.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément