BOUVET Adolphe

Par Michel Desrues, Magali Even

Né en 1903 à Niafles (Mayenne), mort en prison des suites de ses blessures le 1er août 1944 à Laval (Mayenne) ; facteur cafetier ; résistant ; membre du mouvement Libération-Nord.

Marié et père de trois enfants, Adolphe Bouvet fut agent de liaison avec son épouse au sein du mouvement Libé-Nord depuis le mois de mars 1943. Il assura la diffusion des brochures et tracts « Libération », organisa des fréquentes réunions clandestines dans son café et, de par ses itinérantes fonctions, servit de boite aux lettres pour la Résistance. Organisateur puis chef de groupe de Saint-Sulpice, il recruta dans les communes avoisinantes à Quelaines et à Villiers-Charlemagne, assure les relations avec le groupe de Montigné-le-Brillant et reçut à son domicile plusieurs membres de l’état-major FFI tels que le capitaine Counrod, le colonel de Raulin et le général Allard.

A la suite du transport et du camouflage de sept tonnes d’armes parachutés dans la nuit du 6 au 7 juillet 1944 à l’Est de Peuton, le groupe de Saint-Sulpice, dénoncé, fut successivement démantelé. Adolphe Bouvet fut arrêté le premier, le 31 juillet 1944 à son domicile et conduit à la prison de Laval (Mayenne) où il décéda le lendemain.
Retrouvé dans sa cellule dans une mise en scène destiné à faire croire au suicide, il succomba en réalité aux horribles tortures qui lui furent infligées. Enterré secrètement par les allemands dans la nuit du 1er août 1944 au cimetière de Laval, son corps ne fut retrouvé que huit jours après la libération de la ville. Son épouse, momentanément internée au collège de Château-Gontier, ne put identifier la dépouille de son mari qu’à partir du képi de facteur avec lequel il avait été enterré.

Une plaque à sa mémoire fut apposée le 11 novembre 1960 sur la façade d’entrée de la Cacaudière, maison d’arrêt de Laval.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article188791, notice BOUVET Adolphe par Michel Desrues, Magali Even, version mise en ligne le 19 janvier 2017, dernière modification le 8 novembre 2019.

Par Michel Desrues, Magali Even

Site Delcampe.

SOURCES  : Michel Desrues, Magali Even, Mémorial de la Mayenne 1940-1945. Fusillés, massacrés morts aux combats de la Libération, Direction départementale de l’ONACVG de la Mayenne, 2001.— Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément