CASSAN Louis [CASSAN Joseph, Louis]

Par Jean Gaumont

Né le 11 février 1891 à Carmaux (Tarn), mort le 5 février 1976 à Carmaux ; instituteur ; syndicaliste du SNI et coopérateur.

Fils de Joseph Cassan, machiniste, et de Marie, Anaïs Vila, sans profession, Louis Cassan devint instituteur. Il se maria le 8 mais 1913 à Carmaux avec Pauline Carme.

Orphelin de père, il effectua son service militaire à partir d’octobre 1913, fut réformé en octobre 1914 et versé dans les services auxiliaires. Caporal en 1915, il fut déclaré inapte définitivement en septembre 1917 et démobilisé en juillet 1919. Nommé instituteur à Montirat, il fut muté en 1920 à Aiguefonde puis en 1924 à Carmaux.

Adhérent au Syndicat national des instituteurs, il était président de la société mutualiste de Carmaux, sociétaire de la coopérative « La Revanche prolétarienne » de Carmaux, que présidait Douzal*, dont il devint administrateur pendant l’entre-deux-guerres.

Stimulant le mouvement de concentration coopérative régionale qui déjà avait transformé « la Revanche » en « UDC du Carmausin », il en fut élu en 1947 président-directeur-général. En 1956, l’UDC fusionna avec « L’Aurore sociale » d’Albi dirigée par René Roux pour constituer « L’UDC du Tarn » dont Roux fut élu président et Cassan vice-président. À la mort de Roux en 1962, Cassan devint président directeur général en même temps que co-président avec René Cabrol* de la Fédération coopérative régionale du Sud. Il était membre du Comité coopératif national.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18900, notice CASSAN Louis [CASSAN Joseph, Louis] par Jean Gaumont, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Jean Gaumont

SOURCES : Arch. Gaumont-Prache. — Coopérateur de France, 21 février 1976. — Etat civil, registre matricule. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément