GRINAND Yves, Alcide

Par Alain Bujard

Né le 25 avril 1925 à Lyon (IVe arr.), mort le 1er janvier 2013 à Ambérieu (Ain) ; professeur agrégé de sciences physiques ; militant du SNES, secrétaire du S3 de Lyon (1960-1965) ; militant associatif du Planning familial.

Ingénieur météorologue, Yves Grinand fut reçu à l’agrégation de Sciences physiques en 1958 et devint professeur en classes préparatoires au lycée du Parc à Lyon, où il resta jusqu’aux années proches de sa retraite. Il s’était marié le 8 avril 1947 à Villebois (Ain) avec Andrée Blanche Lardy.

Militant syndicaliste du Syndicat national de l’enseignement secondaire, il fut secrétaire de la section d’établissement (S1), avant de devenir secrétaire de la section académique (S3) de 1960-1961 à 1964-1965. Il se reconnaissait dans le courant « B » et fut candidat à la commission administrative nationale sur sa liste en 1962 et 1964.

Yves Grinand sut coordonner les quatre sections départementales (S2) constituant l’académie à cette époque (Ain, Loire, Rhône et Saône-et-Loire) et joua toujours un rôle de conciliateur au-delà des clivages de tendances. Il fut commissaire paritaire académique pour la catégorie des agrégés et il resta jusqu’à sa retraite en contact avec la section académique du nouveau SNES et ses militants.

Il était aussi délégué départemental de l’Éducation nationale. Il militait par ailleurs activement au Planning familial à Lyon. Il habitait 115, avenue Mermoz à Lyon (IIIe arr.), puis 36-38, avenue Jules Guesde à Vénissieux.

Après sa prise de retraite, Yves Grinand se retira à Villebois (Ain). Il fut le président fondateur de l’Association laïque des amis du monument républicain de Villebois et des monuments pacifistes de l’Ain, voulant ainsi rendre hommage à la République, la Liberté, les Droits de l’homme, les syndicats ouvriers, la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État, les congés payés…. Il écrivit la biographie de Victor Sourd, maire de Villebois, qui fit édifier le monument monolithe de Villebois, érigé pour le centenaire de la Révolution française en 1889, honorant également les soldats de l’armée du Rhin de 1791 et 1792. Lourd de 42 tonnes, ce serait la plus grande pierre taillée extraite d’une carrière française.

Passionné par l’apiculture, comme son épouse, il organisait des stages d’initiation au Rucher école de Servas et fut président du Syndicat d’apiculture de l’Ain de 1991 à 2004 et l’un des fondateurs de la Fédération apicole Rhône-Alpes. Son travail et son engagement dans le milieu apicole, notamment dans le domaine sanitaire, lui valurent la médaille du Mérite agricole en 2006.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article189148, notice GRINAND Yves, Alcide par Alain Bujard, version mise en ligne le 1er février 2017, dernière modification le 3 mai 2022.

Par Alain Bujard

SOURCES : Arch. du S3 du SNES de Lyon. — Arch. IRHSES. — Le Progrès de Lyon du 19/09/2013. — Notes d’Alain Dalançon. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément