CABRERIZO Joseph

Par Michelle Destour

Né le 12 mars 1923 à Saint-Étienne (Loire) ; mort en action le 31 août 1944 à Saint-Michel-du-Rhône (Loire) ; Résistant au sein du groupe Buckmaster-Ange des Spécial Opérations Exécutive (SOE).

Parents d’origine espagnole. Son père Candide, naturalisé en 1932, arrêté et condamné à 15 ans de travaux forcés par la Section spéciale près de la Cour d’Appel de Lyon le 30 mai 1944, fut emprisonné à la prison Saint-Paul et déporté à Dachau le 29 juillet 1944 dont il revint.

Fin août 1944, tandis que les troupes du débarquement de Provence, progressaient dans la vallée du Rhône, des garnisons allemandes tentaient de se replier sur Lyon en empruntant la Nationale 86. Le jeudi 31, très tôt le matin, une colonne de 80 véhicules traversa Chavanay, le hameau de Verlieux et stoppa un peu avant Verin au lieu-dit de la Croix-Rouge. Inquiets de possibles attaques aériennes, les Allemands préférèrent obliquer vers les coteaux et gagner la commune de Saint-Michel-du-Rhône où ils espéraient trouver du repos et de la nourriture. Installés provisoirement dans le village, leurs exigences furent accompagnées d’exactions. Des maquisards du groupe Buckmaster-Ange lié au Spécial Opérations, qui patrouillaient depuis quelques jours dans le Pilat sous la conduite d’Émile Borayon, décidèrent alors d’intervenir. L’attaque fut lancée depuis le hameau de Montjoux et la bataille fit rage. Les forces étaient cependant inégales et les maquisards contraints au repli laissèrent neuf hommes sur le champ de bataille, deux blessés au moins furent achevés par les soldats allemands. Des tractations continuèrent entre les villageois-le curé en particulier- et le commandement des troupes ennemies qui s’était emparé d’otages. Les bombardements alliés qui se rapprochaient et s’intensifiaient sur le Rhône, y mirent fin et les soldats de la Wehrmacht furent contraints de reprendre leur route vers Lyon.

Joseph Cabrerizo fut tué au combat. Les résistants tombés avec lui furent : André Bouteyre, Roger Lorisson, Antoine Manin, Eugène Manoa, André Rouge ; Jean Bresson et Claude Weil furent portés disparus.

Il obtint la mention « Mort pour la France ».

Son nom figure sur la plaque commémorative du groupe Buckmster-Ange à Gumières (Loire).

Voir monographie de Saint-Michel-du-Rhône (31 août 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article189374, notice CABRERIZO Joseph par Michelle Destour, version mise en ligne le 6 février 2017, dernière modification le 2 mars 2017.

Par Michelle Destour

SOURCES : Arch. Municipales de Saint-Étienne : Fonds ANACR de la Loire.— Site Mémoire des Hommes. — Pascal Chambon, Les Résistances dans le département de la Loire, Ed : De Borée, 2016.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément