CASTELAIN Françoise

Par André Caudron, Michèle Rault

Née le 21 août 1911 à Mouvaux (Nord), morte le 12 octobre 1996 au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne) ; employée ; responsable fédérale de la JOCF (1934-1940) à Dunkerque (Nord) ; chargée de la diffusion de Monde ouvrier (1943-1945), permanente nationale du MPF (1945-1950) ; secrétaire de rédaction de Témoignage chrétien (1950-1956) ; coresponsable du contentieux au Comité d’entreprise Renault-Billancourt (1957-1958) ; conseillère juridique à l’UNIOPSS (1960-1976) ; membre du conseil de l’Union confédérale des retraités CFDT (1977-1983).

Fille d’un agent d’une entreprise de messageries et d’une ménagère, Françoise Castelain prolongea ses études jusqu’au brevet élémentaire. Elle entra dans la vie professionnelle en 1930 comme employée de bureau et devint ensuite secrétaire dans une entreprise de transit maritime. Elle adhéra à la JOCF en 1934 et fut rapidement présidente fédérale du mouvement dans le secteur de Dunkerque où elle s’était installée.

Chassée par l’exode de mai-juin 1940, elle résida à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) jusqu’en 1941, puis à Lyon de 1942 à 1944. D’abord employée au secrétariat de la JOC, elle devint, en 1943, responsable administrative de la diffusion de Monde ouvrier, hebdomadaire du Mouvement populaire des familles (MPF). À la Libération, vivant désormais dans la région parisienne, elle continua d’animer la diffusion du journal dont le tirage habituel oscillait entre 110 000 et 130 000 numéros par semaine et montait jusqu’à 220 000 exemplaires pour les numéros spéciaux. Quelque 300 sections du MPF avaient mis en place une équipe de diffuseurs, au nombre de 5 000 sur le plan national.

À partir de juillet 1945 et jusqu’en décembre 1950, Françoise Castelain, membre du secrétariat national du MPF, exerça les fonctions de permanente du mouvement. Lors de la scission de 1950, à la suite de l’évolution du MPF en Mouvement de libération du peuple (MLP), elle choisit le Mouvement de libération ouvrière (MLO) où elle retrouva la majorité des adhérents du Nord. Militant dès lors dans cette organisation, elle fut successivement secrétaire de rédaction de Témoignage chrétien (1951-1956), coresponsable du service contentieux au comité d’entreprise Renault-Billancourt (1957-1958) et enfin conseillère juridique des associations, secteur logement, à l’UNIOPSS (1960-1976).

Dès sa retraite en 1976, elle contribua, avec Marguerite Rivoire, à la création et au développement du syndicat départemental interprofessionnel des retraités CFDT du Val-de-Marne, son département de résidence. Secrétaire départementale, elle fut membre du conseil régional des retraités CFDT Île-de-France, ainsi que du conseil de l’Union confédérale des retraités CFDT de 1977 à 1983. Elle vivait alors dans un pavillon au Perreux-sur-Marne en communauté missionnaire avec Marguerite Rivoire et Renée Héron.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18942, notice CASTELAIN Françoise par André Caudron, Michèle Rault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 19 janvier 2010.

Par André Caudron, Michèle Rault

ŒUVRE : « Monde Ouvrier c’était aussi... », Monde ouvrier 1937-1957, Les Cahiers du GRMF, n° 4, Forest-sur-Marque, 1986, p. 201-205.

SOURCES : Femmes, famille et action ouvrière, Les Cahiers du GRMF, n° 6, Villeneuve-d’Ascq, 1991, p. 286. — Notice de Paulette Bernard pour le bulletin de l’UD-CFDT, 1996. — État civil de Mouvaux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément