POISSENOT Jean, Eugène

Par Lionel Fontaine

Né le 23 juin 1913 à Epinal (Vosges), mort au combat le 9 septembre 1944 à Coupray (Haute-Marne) ; manœuvre ; résistant FFI au maquis Max (maquis d’Auberive)

Domicilié au faubourg de Buzon à Langres (Haute-Marne), marié avec Jeanne Philippe, Jean Poissenot rejoignit le maquis Max. Après un engagement entre une compagnie SS et un groupe d’Anglais du maquis d’Auberive le 8 septembre qui fit un tué et 15 blessés à l’ennemi, 17 maquisards dont faisait partie Jean Poissenot furent envoyés en reconnaissance sur les lieux. Il trouva la mort le 9 septembre 1944 lors d’un engagement avec un convoi allemand de 400 hommes sur la route nationale 65, à la sortie de Coupray.
Il a été homologué FFI et reconnu « Mort pour la France, tué au combat ». Il obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR).
Un monument érigé sur les lieux du drame à Coupray rappelle sa mort et celle des résistants Lucien Jancel et René Dardaillon.
Il est inhumé dans le carré de corps restitués, au cimetière Saint-Michel, à Épinal (Vosges).
Son nom figure en outre sur le monument commémoratif du maquis, à Auberive, sur le monument aux morts municipal, le monument aux morts de la colline des Fourches et la plaque commémorative de l’église Saint-Martin, à Langres (Haute-Marne), sur le monument aux morts, à Épinal (Vosges).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article189500, notice POISSENOT Jean, Eugène par Lionel Fontaine, version mise en ligne le 9 février 2017, dernière modification le 30 septembre 2021.

Par Lionel Fontaine

SOURCES : Arch. ONAC 52.— La Haute-Marne dans la guerre 1939-1945.— Mémoire des Hommes AC 21 P 133714 - SHD, Vincennes, GR 16 P 438814.— Mémorial Genweb.

Version imprimable Signaler un complément