DESCUBES Jacques

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Né le 29 mai 1879 à Saint-Junien (Haute-Vienne), massacré le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) ; domestique agricole ; victime civile.

Jacques Descubes
Jacques Descubes
crédit : Isabel Val Viga

Jacques Descubes était le fils de Giry Descubes (né le 6 février 1842, à Vayres), colon, cultivateur (métayer), et de son épouse Marie Marguerite née Brun (née le 3 mars 1847, à Saint-Auvent), cultivatrice. Ses parents s’étaient mariés le 17 juin 1863 à Saint-Victurnien.
Il était le septième d’une fratrie de neuf enfants, Madeleine (née le 9 juin 1864, à Saint-Victurnien) épouse de François Noble, Marie (née le 25 octobre 1866, à Saint-Victurnien) épouse de François Restoueix, Élisabeth (née le 2 juin 1869, à Saint-Victurnien), veuve de Jean Descubes et épouse de Georges Granger, Marie (née le 23 octobre 1871, à Saint-Martin-de-Jussac), Louis (né le 3 novembre 1873, à Saint-Martin-de-Jussac) époux de Marguerite Dupic, Léonard (né le 24 juin 1876, à Saint-Junien) époux de Catherine Montaleytang, Marguerite Louise (née le 7 mars 1882, à Javerdat) épouse de Jean-Baptiste Buisson, Marie (née le 7 novembre 1884, à Oradour-sur-Glane) épouse de Simon Villejoubert.
À l’issue de son service militaire, Jacques Descubes, alors cultivateur, épouse le 29 avril 1902 à Oradour-sur-Glane, Marie Michelet* (née le 10 mars 1877, à Saint-Gence). De cette union naquirent six enfants, Marguerite (née le 8 avril 1903, à Oradour-sur-Glane) épouse de Jean Mouveroux, Marie Angèle (née le 16 octobre 1905, à Nieul) épouse de Louis Vergnaud, Marcelle (née le 18 septembre 1908, à Nieul) épouse de Barthélémy Bureau, parents de Fernand*, Jean – dit Henri (né le 27 août 1911, à Nieul) époux de Marie Balage, Marie Eugénie* (née le 23 mars 1914, à Veyrac) épouse de Jean Faucher, parents de Renée*, et Adrien (né le 15 octobre 1919, à Veyrac) [absent, en visite chez de la famille] époux de Marguerite Desforges.
Jacques Descubes fut mobilisé en août 1914. Après avoir servi dans l’infanterie, il fut détaché agricole à partir du 15 octobre 1917.
La famille s’établit à Oradour-sur-Glane à partir de 1920. Il était domicilié avec sa famille Chez Gaudy à Oradour-sur-Glane.
Il fut victime du massacre perpétré par les SS du 1er bataillon du 4e régiment Der Führer de la 2e SS-Panzerdivision Das Reich, mitraillé puis brûlé dans l’une des six granges dans lesquelles les hommes furent massacrés. Son épouse, sa fille Eugénie épouse Faucher, ses petits-enfants Renée Faucher et Fernand Bureau furent brûlés dans l’église avec l’ensemble des femmes et des enfants d’Oradour-sur-Glane.
Jacques Descubes obtint la mention « Mort pour la France » par jugement du tribunal de Rochechouart du 10 juillet 1945.
Son nom figure sur le monument commémoratif des martyrs du 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane.
Sa fille Marguerite décède le 2 juillet 1987 à Oradour-sur-Glane, Marie Angèle le 30 juillet 2005, Marcelle le 6 juillet 2013 à Oradour-sur-Glane, Jean - dit Henri le 2 février 1983 à Paris (VIIe arr.), Adrien en mai 2018 inhumé à Saint-Junien.
Voir Oradour-sur-Glane

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article189524, notice DESCUBES Jacques par Dominique Tantin, Isabel Val Viga, version mise en ligne le 10 février 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Dominique Tantin, Isabel Val Viga

Jacques Descubes
Jacques Descubes
crédit : Isabel Val Viga
maison famille Descubes, Oradour-sur-Glane
maison famille Descubes, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
plaque maison famille Descubes, Oradour-sur-Glane
plaque maison famille Descubes, Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga
plaque famille Descubes, cimetière Oradour-sur-Glane
plaque famille Descubes, cimetière Oradour-sur-Glane
crédit : Isabel Val Viga

SOURCES : Liste des victimes, Centre de la Mémoire d’Oradour-sur-Glane. — Guy Pauchou, Dr Pierre Masfrand, Oradour-sur-Glane, vision d’épouvante, Limoges, Lavauzelle, 1967, liste des victimes, pp. 138-194. — MémorialGenWeb. — Archives État civil de la Haute-Vienne, actes de naissances, mariages, décès, recensements, registre de matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément