FUSIER Aristide, Louis

Par Michel Germain

Né le 8 juin 1890 à Thoiry (Ain), massacré le 15 juillet 1944 à Etrembières (Haute-Savoie) ; manœuvre ; victime civile.

Marie Verney, épouse de Louis Aimé Eugène Fusier, mit au monde le 8 juin 1890, à Thoiry (Ain) le jeune Aristide. Ses parents décédés, il vint habiter 25 rue du Château Rouge, à Annemasse (Haute-Savoie), où il vivait avec son épouse Louise Hig. Il était manœuvre.
Il trouva la mort le samedi 15 juillet 1944 à cinq heures du matin, à Etrembières (Haute-Savoie), sur la voie ferrée d’Annemasse à La Roche-sur-Foron, en face de la maison Vachoux, « tué par les Allemands », selon sa fiche aux Archives nationales de Caen.
Il fut reconnu « Mort pour la France », (dossier n° 61 236). Il figure sur le monument aux morts d’Annemasse, érigé au centre-ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190137, notice FUSIER Aristide, Louis par Michel Germain, version mise en ligne le 5 mars 2017, dernière modification le 5 février 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément