RICHIER Suzanne [née BARDOU Suzanne, Adèle, Marguerite]

Par Jacques Girault, Tony Legendre

Née le 11 janvier 1914 à Mezy-Moulins (Aisne), morte le 29 septembre 1989 à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) ; institutrice dans l’Aisne puis dans la Seine ; résistante ; militante communiste.

Fille d’un petit cultivateur décédé en 1940, père de quatre enfants, Suzanne Bardou, élève de l’école primaire supérieure Jean Macé de Château-Thierry (Aisne), entra à l’École normale d’institutrices de Laon (Aisne) en 1930. Elle enseigna successivement de 1933 à 1944 à Pernant, Fontenoy, Buzancy. Membre du Syndicat national des instituteurs, elle militait avec les « Amis de L’École émancipée » et pratiquait quelques méthodes de l’École moderne.

Elle organisa, avec d’autres enseignantes du département, le placement d’enfants juifs dans des familles du Loiret, de Normandie, de la Marne, étant personnellement responsable jusqu’à la Libération d’une quinzaine de placements autour de Soissons et de Château-Thierry. Elle appartint au groupe, commandé par Raymonde Fiolet dite « Roberte » du mouvement Libé-Nord à partir de février 1944.

Suzanne Bardou devint permanente de l’Union des femmes françaises d’octobre 1944 à décembre 1945 dans le cadre d’un congé de convenances personnelles pour s’occuper du service social de l’UFF à Soissons et de la municipalité.

Après avoir travaillé à la maison d’éducation des enfants de fusillés et de déportés de Montmorency (Seine-et-Oise/Val-d’Oise) de janvier à septembre 1946, elle enseigna au cours complémentaire de Tergnier (1946-1950) puis à l’école de Villers-Cotterêts. Elle adhéra au Parti communiste français en août 1944 et en resta membre jusqu’à son décès.

Elle se maria avec André Richier en septembre 1950 à Paris (XIVeme arr.). Né le 10 août 1909 à Lahaymeix (Meuse), radio-technicien, déporté en 1943, invalide de guerre, militant communiste. Ils eurent deux enfants. Son mari décéda le 4 janvier 2005 à Paris (XXeme arr.).

Après avoir obtenu sa mutation pour la Seine à partir d’octobre 1951, elle enseigna dans les écoles de filles du (XVeme arrondissement, rue Lacordaire, rue de Cherbourg) puis à partir de 1968 à l’école primaire de garçons de la rue Jules Ferry à Bagnolet (Seine-Saint-Denis).

Elle milita dans le Syndicat national des instituteurs et fut responsable comité local de France-URSS dans les années 1980.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190171, notice RICHIER Suzanne [née BARDOU Suzanne, Adèle, Marguerite] par Jacques Girault, Tony Legendre, version mise en ligne le 5 mars 2017, dernière modification le 27 septembre 2017.

Par Jacques Girault, Tony Legendre

ICONOGRAPHIE : Photographie lors de son mariage, en 1950.

SOURCES : Arch. Dép. Aisne, Inspection académique. — Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par la fille de l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément