FÉNON Léon

Par Jean-Luc Labbé

Né le 15 février 1847 à Issoudun (Indre), mort à Paris (7ème) le 8 mai 1888 ; vannier, arrêté le 26 mai 1871 et condamné le 24 avril 1872 à la déportation, libéré en 1879.

Léon Fénon naquit en 1847 dans une famille ouvrière d’Issoudun où son père Philippe était menuisier. Un an plus tard, son frère Jean-Félix venait au monde. En août 1852 naissait sa sœur Caroline. Ce fut postérieurement à cette année 1852 que toute la famille partit pour Paris où en 1871 elle était domiciliée 64 rue des Tournelles (3ème arr.). Léon Fénon, vannier de profession, fut infirmier pendant le siège de Paris et libéré de ses obligations militaires le 12 mars 1871. Le 28 mars il se fit incorporer dans le 134ème bataillon fédéré et fut élu sergent peu après. Arrêté le 26 mai 1871, il fut condamné à la déportation simple le 24 avril 1872 par le 23ème conseil de guerre. Il obtint une remise de sa peine le 15 janvier 1879.
Il se maria le 23 décembre 1882 à Paris avec Louise-Clémence Prud’homme, domestique parisienne née en 1847 à Verdes (Loir-et-Cher) avec laquelle il eut un enfant, Georges, mort à l’âge de trois ans. Léon Fénon, qui était alors journalier, décéda à Paris en 1888 et sa femme Louise dix ans plus tard dans le Loir-et-Cher. Léon Fénon était le frère ainé de Jean-Félix Fénon* qui revint en 1882 à Issoudun (Indre) pour y organiser le parti socialiste blanquiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190315, notice FÉNON Léon par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 13 mars 2017, dernière modification le 26 septembre 2017.

Par Jean-Luc Labbé

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/839 et BB 27. – Arch. PPo., listes d’amnistiés. – Etat civil Issoudun.

En remplacement de la notice 59001

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément