GUTIERREZ MARTIN Enrique

Par Daniel Grason

Né le 27 mars 1923 à Bilbao (Espagne) ; militant de la Jeunesse communiste ; emprisonné ; expulsé en Espagne.

Fils de Pierre et de Hermina, née Martin, Enrique Gutierrez Martin entra en France avec un convoi de réfugiés le 17 juin 1937 avec son frère Fernando. Tous deux furent hébergés par leur oncle Ignacio Herbosa qui demeurait 10 impasse Mousseau à Saint-Ouen (Seine, Seine-Saint-Denis), le lieu était tout proche de la porte Saint-Ouen (XVIIe arr.). Ignacio Herbosa inscrit au registre du commerce depuis octobre 1931 fabriquait des carreaux de plâtre.
Enrique Gutierrez Martin fréquenta l’école primaire de la rue Émile-Zola à Saint-Ouen, il obtint le CEP. Il entra à l’École Nationale Professionnelle au 11 rue Fernand-Hainaut dans le quartier du Vieux-Saint-Ouen, il y préparait l’examen d’aptitude professionnelle de mécanicien ajusteur.
Le 15 juillet 1941 vers 23 heures, Robert Dufaut fut interpellé par deux gardiens de la paix habillés en bourgeois rue Balagny (Guy-Môquet) à Paris (XVIIe arr.), près de la porte Saint-Ouen, alors qu’il glissait sous les portes d’immeubles et aux rares passants le tract « En avant pour notre victoire ! Extraits du discours prononcé le 3 juillet, par le camarade Staline, Président du comité d’État de la défense de l’URSS ». Son arrestation fut mouvementée, selon le rapport du commissariat des Epinettes, l’un des gardiens assailli par des jeunes tira en l’air pour se dégager. Les autres prenaient la fuite sans dommage, ils furent tous interpellés, Enrique Gutierrez Martin le 16 juillet.
Au cours de son interrogatoire, il reconnut avoir été rue Sauffroy, une voie perpendiculaire à la rue Balagny (Guy-Môquet) le soir de la distribution des tracts, mais il affirma avoir suivi de loin ses camarades, et ignoré qu’ils distribuaient des tracts. Les inspecteurs de la BS1 furent septiques. Enrique Gutierrez Martin déclara : « Je fais parie d’un club artistique et théâtral, avec Perrin, Fumoleau et Dufaut. C’est pour parler de nos travaux que je rencontrais ce dernier et non pour contribuer à la propagande communiste. » Conscient des conséquences de son arrestation, il ajouta : « Dans les circonstances actuelles, je ne tiens pas du tout à faire de la politique. » Lors de l’enquête policière, la direction de l’école Fernand-Hainaut déclara apprécier Enrique Gutierrez Martin comme « un élève intelligent et travailleur ».
Il comparut le 26 septembre 1941 devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris avec les autres interpellés. Enrique Gutierrez Martin a été condamné à un an de prison et cent francs d’amende. Á l’issue de sa peine, de nationalité espagnole, il a été livré aux autorités franquistes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190394, notice GUTIERREZ MARTIN Enrique par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 mars 2017, dernière modification le 13 mars 2017.

Par Daniel Grason

SOURCES : AN Z/4/7. – Arch. PPo. GB 57 BS1, BA 2057, KB 75, 77W 3116.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable