BLONDEAU Louis, Clément

Par Jean-Luc Labbé

Né à Issoudun (Indre) le 26 avril 1808 et mort en 1867 à Vierzon, militant démocrate-socialiste issoldunois pendant la seconde République. Arrêté et condamné en 1852.

Né dans une famille d’artisans parcheminiers d’Issoudun, Louis Blondeau était dès 1830, selon son dossier d’instruction judiciaire de 1852, un militant de la Société des Droits de l’Homme. Au début de la Seconde République, alors qu’il avait la quarantaine et un enfant, il était percepteur et greffier de justice de paix, responsabilités que lui avait confiées le nouveau pouvoir républicain en 1848. Il fut établi qu’il participait régulièrement à des réunions avec les chefs républicains Nadaud, Dussoubs et Marc Dufraisse. Il était donc sous surveillance policière dès 1849 et fut condamné à une mesure d’internement en France suite au coup d’Etat de décembre 1851, peine commuée en assignation à résidence en mars 1852 à Brives (Dordogne), où il se rendit avant de s’exiler volontairement en Belgique puis en Angleterre. Gracié en février 1853, il décéda à Vierzon en 1867. Suite à la loi d’indemnisation de 1882, sa femme Madeleine (née Mondain) alors domiciliée à Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher) reçut une rente annuelle de 300 Francs. Le couple s’était marié le 3 avril 1837 à Nohant-en-Graçay (Cher).
Louis Blondeau était très probablement le père du nommé Blondeau qui en 1894-96, alors qu’il était conseiller municipal de Paris, vint aider les premières organisations syndicales et socialistes dans le département de l’Indre. On notera également qu’il existait à Issoudun en 1880 une librairie tenue par Gaston Blondeau, où était en vente la brochure « Une promenade autour d’Issoudun » du maire Lecherbonnier qui avait été révoqué en 1877 et remplacé par une commission nommée par le Préfet (L’Ordre Républicain du 7 avril 1880).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190572, notice BLONDEAU Louis, Clément par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 16 mars 2017, dernière modification le 16 mars 2017.

Par Jean-Luc Labbé

SOURCES : Arch. Dép. Cher, 2U233. – Moreau B. Marianne bâillonnée, 2002. – L’Echo des Marchés octobre 1882. – Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément