AUDO Alphonse, Mathurin, Marie

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 21 novembre 1921 à Plumelin (Morbihan), fusillé après condamnation à mort en juin ou juillet 1944 à Port-Louis (Morbihan) ; ouvrier agricole ; FTPF-FFI.

Alphonse Audo
Alphonse Audo
SOURCE :
Centre d’animation historique
du pays de Port-Louis

Alphonse Audo était le fils de de Jean Mathurin Marie Audo, ouvrier agricole, et de Marie Joseph Jeanne Derian, sans profession. Célibataire, il était domicilié chez ses parents à Keryvonne en Naizin (Morbihan), où il exerçait la profession d’ouvrier agricole.

Il rejoignit les Francs-tireurs et partisans français (FTPF) au sein de la 2e compagnie (FTPF) du 4e Bataillon des Forces française de l’intérieur (FFI) du Morbihan commandé par Jean Rucard. Le 13 avril 1944, il fut arrêté à un barrage de la Feldgendarmerie au Mercy en Naizin (Morbihan) avec un autre FTPF, André Rouillé, alors qu’ils se rendaient au village de Guinolay en Naizin auprès de l’état-major du Comité militaire régional (CMR). Le CMR supposant qu’ils allaient être acheminés vers la prison de Pontivy (Morbihan) monta une opération pour les délivrer, opération qui échoua. Après avoir été interné du 13 au 17 avril 1944 à Pontivy (Morbihan), Alphonse Audo fut transféré au Fort Penthièvre en Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan), puis fin avril 1944 à la prison de Port-Louis (Morbihan). Inculpé de faits de sabotages et d’attaques de convois allemands, il fut condamné à mort le 12 juin 1944 par le tribunal militaire allemand de Vannes (FK 750) pour faits de sabotage.

L’acte de décès numéro 37 dressé en mairie de Port-Louis le 18 juillet 1945 déclare que le corps d’Alphonse Audo a été retrouvé parmi les soixante-neuf corps découverts le 18 mai 1945 dans les décombres du stand de tir de la citadelle de Port-Louis, et qu’il a été identifié le 14 juin 1945.
En 1947 fut découvert dans un interstice de mur de la prison de Port-Louis un mot authentifié par Jean Audo comme écrit par son fils, informant de sa condamnation à mort.

Alphonse Audo a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. En 1948, il a été cité à l’ordre de du corps d’Armée à titre posthume, citation comportant l’attribution Croix de guerre avec étoile de vermeil. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume en 1955, ainsi que la Médaille de la Résistance par décret du 23 février 1959, publié au JO du 7 mars 1959.

Dans le Morbihan, le nom d’Alphonse Audo est inscrit sur le mur du Mémorial des fusillés de la citadelle de Port-Louis.
À Moréac, il figure sur la plaque dédiée au « 4e Bataillon - 2e Cie (FTPF) » du monument de Porh-Le Gal.
À Naizin, il est gravé sur la plaque « Résistance 1940-1945 » du monument aux morts communal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190591, notice AUDO Alphonse, Mathurin, Marie par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 20 mars 2017, dernière modification le 23 octobre 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Alphonse Audo
Alphonse Audo
SOURCE :
Centre d’animation historique
du pays de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le mur du Mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le monument de Porh-Le Gal en Moréac
Sur le monument de Porh-Le Gal en Moréac
Sur le monument aux morts de Naizin
Sur le monument aux morts de Naizin
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 419 633. — SHD, Vincennes, GR 16 P 22075. — Arch. Dép. Morbihan, 2 W 15 920. — Centre d’animation historique du pays de Port-Louis (photo). — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — " Les Martyrs de la citadelle de Port-Louis ", Chroniques Port-Louisiennes, juillet 1995. — Site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Port-Louis (acte de décès)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément