LE TRÉQUESSER Joseph, Marie, Valentin

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 7 février 1916 à Locmiquélic (Morbihan), exécuté en juin 1944 à Port-Louis (Morbihan) ; gendarme ; résistant ; FFI.

Joseph Le Tréquesser
Joseph Le Tréquesser
SOURCE :
Centre d’animation historique
du pays de Port-Louis

Joseph Le Tréquesser était le fils de Valentin Marie Le Tréquesser, marin pêcheur, et de Marie Anna Fayot, sans profession, domiciliés à Locmiquélic (Morbihan). Il avait épousé le 29 avril 1939 à Locmiquélic Noélie Jeanne Jégo, et le couple, qui avait deux enfants, était domicilié à Moustoir-Ac (Morbihan).

Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur au sein de la 17e compagnie (dite compagnie de Locminé) du 1er Bataillon FFI (AS) du Morbihan commandé par Raymond Le Vigouroux [pseudonyme dans la Résistance : commandant Hervé].
Le 3 juin 1944, alors qu’il procédait à l’arrestation de deux miliciens à Locminé, il fut blessé et capturé par des soldats allemands, et fut porté « disparu ».

L’acte de décès numéro 85, dressé en mairie de Port-Louis le 23 décembre 1945, déclare que le corps de Joseph Le Tréquesser a été retrouvé dans les décombres du stand de tir de la citadelle de Port-Louis le 18 mai 1945 et qu’il est présumé faire partie des corps qui n’ont pu être identifiés.
L’épouse de Joseph Jégo, qui ignorait que son mari, porté disparu et considéré comme mort en déportation avait, été incarcéré à la citadelle de Port-Louis, quitta la région. Lorsque la fosse a été découverte le 18 mai 1945 dans les décombres du stand de tir, elle n’était pas encore rentrée. De retour à Locmiquélic, elle se rendit le 23 mai 1946 dans le cimetière de Port-Louis où elle reconnut dans les effets ayant appartenu à la victime numéro 29, restant inconnue, ceux de son mari. Elle a demandé au maire de Port-Louis l’autorisation d’exhumer lecorps de Joseph Le Tréquesser, est rentrée en possession de son alliance, et l’a fait ré-inhumuer dans le cimetière de Locmiquélic.

Le 18 juin 1946, le directeur départemental des prisonniers, déportés et réfugiés du Morbihan a avisé le ministre des Anciens combattants et victimes de guerre que le corps de Joseph Le Tréquesser, que l’on croyait mort en déportation, avait été identifié le 23 mai 1946.

L’acte de décès numéro 85 dressé en mairie de Port-Louis le 23 décembre 1945, a été — on ne sait pas dans quelles circonstances, ni pourquoi — rectifié par une ordonnance du tribunal civil de Lorient datée du 15 mars 1948 et transcrite en mairie de Port-Louis le 24 mai 1948, qui déclare que la date de décès de Joseph Le Tréquesser est le 3 juin 1944 et qu’il « ne sera plus fait mention que le corps du défunt a été trouvé le 18 mai 1945 ».
Le 2 avril 2019, Daniel Martin, maire de Port-Louis, « considérant qu’aucun élément ne vient contredire le fait que le corps trouvé est celui de M. Joseph, Marie, Valentin Le Tréquesser, après avoir pris conseil auprès de Madame Katia Fauchoix, adjointe chargée des commémorations, de Monsieur Daniel Le Pendeven, président de l’ANACR Comité du Pays de Lorient, et de Madame Françoise Le Louër, présidente du Centre d’Animation Historique de Port-Louis, a décidé au vu des pièces analysées :
- de confirmer que le corps de Joseph, Marie, Valentin Le Tréquesser a bien été trouvé dans la fosse aux fusillés de la Citadelle de Port-Louis et qu’il fait en conséquence partie des 69 fusillés dont la mort est honorée chaque année à la date anniversaire du 23 mai,
- d’annexer ce présent document aux registres d’état-civil - décès - de la commune, actes numéro 85/1945 et numéro 23/1946 ».

Joseph Le Tréquesser a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué sergent FFI. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume en 1954.

Dans le Morbihan, le nom de Joseph Le Tréquesser est inscrit sur le mur du Mémorial des fusillés de la citadelle de Port-Louis.
À Locmiquélic, il figure sous son troisième prénom « Valentin » sur une plaque dédiée « Aux héros de la guerre 1939-1945 morts pour la Patrie » apposée rue de la Résistance.
À Moréac, il est gravé sur la plaque dédiée à la « Cie de Locminé (17e Cie d’AS) » du monument de Porh-Le Gal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article190644, notice LE TRÉQUESSER Joseph, Marie, Valentin par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 20 mars 2017, dernière modification le 24 octobre 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Joseph Le Tréquesser
Joseph Le Tréquesser
SOURCE :
Centre d’animation historique
du pays de Port-Louis
Sur le monument aux morts de Locmiquélic
Sur le monument aux morts de Locmiquélic
Dans le cimetière de Locmiquélic
Dans le cimetière de Locmiquélic
Rue de la Résistance à Locmiquélic
Rue de la Résistance à Locmiquélic
Sur mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur mémorial des fusillés de Port-Louis
Sur le monument de Porh Le Gal en Moréac
Sur le monument de Porh Le Gal en Moréac
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, 21 P 563 174 (dossier « Résistant ») et 21 P 79250 (dossier de décès). — SHD, GR 16 P 3688136. — Centre d’animation historique du pays de Port-Louis (photo). — Arch. Dép., Morbihan, 2 W 15919, fosse de la citadelle de Port-Louis. — Centre d’animation historique du pays de Port-Louis (photo). — " Les Martyrs de la citadelle de Port-Louis ", Chroniques Port-Louisiennes, juillet 1995. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven. — Mémorial GenWeb. — Site des Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Locmiquélic (acte de naissance) ; Port-Louis (actes de décès 1945 et 1946, ordonnance de rectification-1948, ajout-2019).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément