GIRETTES Adrien, Jules, Jean

Par Jean-Marie Gabaud, Michel Thébault

Né le 28 février 1923 à Tourlaville (Manche), exécuté sommairement par pendaison le 12 juin 1944 à Bussière-Poitevine (Haute-Vienne) ; ouvrier ; résistant FTPF.

Stèle commémorative située dans les Ateliers de Montmorency à Châteauponsac.
Stèle commémorative située dans les Ateliers de Montmorency à Châteauponsac.
Crédit : Jean-Marie Gabaud

Il était le fils d’Auguste, Adrien Girettes ouvrier de la Compagnie du Tramway au dépôt de l’ancienne fonderie de Tourlaville et de Gabrielle, Marie, Augustine Mouchel, ménagère. Célibataire, réfugié en zone sud afin d’échapper au STO, il s’installa à Châteauponsac comme ouvrier aux Ateliers de Montmorency.

Il appartint à la 2403e compagnie FTPF du lieutenant Brissiaud alias Rolland (basée au Mas de Vaulry dans les Monts de Blond). Le 9 juin 1944, il participa avec sa compagnie et un maquis de l’AS (Armée Secrète) à une première libération de Bellac. Mais le passage d’unités de la division SS Das Reich les 11 et 12 juin 1944, qui remontaient du Limousin vers Poitiers, lieu de regroupement de la division avant son départ pour le front de Normandie, transforma brutalement la situation des maquis. Le lieutenant « Roland » décida de replier sa compagnie et d’établir des barrages sur les communes de Saint-Bonnet-de-Bellac et Mézières-sur-Issoire. Le 11 juin, en fin d’après-midi, un véhicule transportant des maquisards venant relever l’un des barrages, s’égara et se trouva, au carrefour de la départementale 675 et de la route nationale 147 (Limoges – Poitiers), au pont du Vincou, face à une unité blindée de la division Das Reich. Un combat bref et violent s’ensuivit, cinq maquisards furent tués et un sixième Adrien Girettes, blessé, fut fait prisonnier. Il fut emmené par les troupes allemandes et conduit quelques kilomètres plus loin à Bussière-Poitevine (Haute-Vienne), à la limite du département de la Vienne. L’unité allemande y stationna vraisemblablement, la nuit du 11 au 12 juin 1944. Adrien Girettes interrogé et torturé, fut exécuté sommairement par pendaison sur la place du village le 12 juin 1944, sans doute avant que l’unité SS ne reprenne sa route vers Poitiers. Cette place porte son nom ainsi qu’une rue de Tourlaville, ancienne rue du Moulin.

Une stèle commémorative du combat du 11 juin 1944 fut dressée à Peyrat-de-Bellac, à l’intersection de la N 2147 (ex N 147) et de la D 675. Son corps fut après la guerre transféré au cimetière de Tourlaville où il repose depuis lors dans le carré militaire des corps restitués. Il obtint la mention Mort pour la France et son nom figure sur les monuments aux morts de Tourlaville et de Bussière-Poitevine, ainsi que sur les monuments commémoratifs 1939 – 1945 de Saint-Lô (Manche) et du Jardin d’Orsay à Limoges (Haute-Vienne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191029, notice GIRETTES Adrien, Jules, Jean par Jean-Marie Gabaud, Michel Thébault, version mise en ligne le 1er avril 2017, dernière modification le 3 janvier 2021.

Par Jean-Marie Gabaud, Michel Thébault

Adrien Girettes
Adrien Girettes
Crédit : Jean-Marie Gabaud
Stèle commémorative située dans les Ateliers de Montmorency à Châteauponsac.
Stèle commémorative située dans les Ateliers de Montmorency à Châteauponsac.
Crédit : Jean-Marie Gabaud

SOURCES : Documentation et photographies JM Gabaud.— François Adeline Haute-Vienne La guerre secrète 1940-1944 Hors-série édité par Le Populaire du Centre décembre 2006 — Article Le Populaire 13 juin 2014 — Mémorial genweb. — État-civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément