CHICOT Gabriel, Henri

Par Labbé Jean-Luc

Né en 1829 ou 1830 ; cordonnier à Issoudun (Indre) ; condamné en 1849 et 1852 ; exilé à Londres.

Gabriel Chicot fut arrêté en 1849 et condamné à quinze jours de prison pour une altercation avec des militaires dans un bistrot d’Issoudun. Il fut arrêté une nouvelle fois en décembre 1851 dans la suite du coup d’Etat du 2 décembre de Louis Napoléon Bonaparte.
Emprisonné à Châteauroux, il fut condamné à une peine d’expulsion du territoire national par le Préfet fin janvier 1852, peine commuée en internement en France par le Général Canrobert en février. Mais il était déjà parti pour l’Angleterre, via la Belgique.
Gracié en 1856, il se trouvait à Châteauroux en 1882, date à laquelle fut votée la loi d’indemnisation des victimes de la répression politique impériale. A ce titre il perçut une rente annuelle de 600 Francs. Gabriel était-il le père de Chicot Joseph, syndicaliste à la manufacture des tabacs de Châteauroux ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191236, notice CHICOT Gabriel, Henri par Labbé Jean-Luc, version mise en ligne le 6 avril 2017, dernière modification le 6 avril 2017.

Par Labbé Jean-Luc

SOURCES : B. Moreau, Marianne bâillonnée, Points d’ancrage 2002. – L’Echo des Marchés, octobre 1882. Arch. Dép. Cher 2U233.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément