ROUZÉ Georges, Adolphe

Par Daniel Grason

Né le 30 octobre 1913 à Lille (Nord), tué le 21 août 1944 à Paris (IVe arr.) ; gardien de la paix ; F.F.I.

André Vannereau au centre avec un casque, le 21 aout 1944 sur la barricade du square Viviani, quelques minutes avant sa mort. À sa droite, Georges Rouzé.

Georges Rouzé gardien de la paix au commissariat du Ve arrondissement était le 21 août 1944 derrière la barricade du Pont au Double (IVe arr.) avec trois collègues, André Vannereau et Maurice Roux également gardiens de la paix et Gaston Thibous, brigadier-chef qui assumait le commandement. Vers 11 h 40, « un side-car allemand monté par un officier et trois soldats s’est approché du barrage à une allure ralentie, donnant l’impression de vouloir se rendre. Soudainement un soldat monté sur le tan-sad tira une rafale de sa mitraillette et le side-car fit demi-tour ». Georges Rouzé et André Vannereau furent mortellement touchés ainsi que deux autres policiers du commissariat du Ve arrondissement Gaston Thibous et Maurice Roux qui décédèrent le lendemain à l’Hôtel-Dieu.
Considéré comme « Victime du devoir », le ministère des Anciens combattants attribua à Georges Rouzé la mention « Mort pour la France », il fut cité à l’Ordre de la Nation (JO du 20 décembre 1944), et décoré de la Légion d’honneur (JO du 3 janvier 1945), il a été homologué F.F.I. Son nom a été gravé sur la plaque commémorative posée dans la cour de la préfecture de police à la mémoire des agents tombés pendant les deux guerres mondiales et au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.). Une plaque posée square René Viviani (Ve arr.) témoigne de l’intensité des combats : « Ici ont été tué au combat pour la Libération de Paris le 21 août 1944 l’inspecteur principal Thibous Raymond, les gardiens de la paix Rouzé Georges, Vannereau André, Roux Maurice, Biard Alfred, ainsi que trois F.F.I. ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191301, notice ROUZÉ Georges, Adolphe par Daniel Grason, version mise en ligne le 8 avril 2017, dernière modification le 1er octobre 2021.

Par Daniel Grason

André Vannereau au centre avec un casque, le 21 aout 1944 sur la barricade du square Viviani, quelques minutes avant sa mort. À sa droite, Georges Rouzé. ">
André Vannereau au centre avec un casque, le 21 aout 1944 sur la barricade du square Viviani, quelques minutes avant sa mort. À sa droite, Georges Rouzé.

SOURCES : SHD, Caen AC 21 P 145652. – Bureau Résistance GR 16 P 525999. – Christian Chevandier, Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Éd. Vendémiaire, 2014. – « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. De Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, Éd. LBM, 2009. – Site internet « La Libération de Paris » de Gilles Primout. – Site internet GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément