CELINGANT Raymond, Marcille, Émile

Par Michel Dreyfus

Né le 26 février 1906 à Bordes (Loiret), mort le 4 décembre 1996 à Saint-Étienne (Loire) ; employé ; syndicaliste CGT, puis FO de la Loire ; résistant ; mutilé du travail.

Fils de Louis Frédéric Celingant, charpentier, et de Marie Adrienne Plotton, sans profession, Raymond Celingant fut victime à l’âge de treize ans d’un accident du travail ; aussi fut-il par la suite amené à occuper de nombreuses responsabilités au sein des mutilés du travail. Peut-être se confond-il avec M. Celingant qui, selon le DBMOF (tome 21), était en 1934 secrétaire départemental des mutilés et invalides du travail du Loiret. Raymond Celingant exerça également une intense activité syndicale, tout d’abord comme secrétaire du syndicat des employés de bureau et du commerce, puis en tant que membre de la commission exécutive de la CGT, instance dont il démissionna durant la Seconde Guerre mondiale.

En septembre 1937, élu membre de la commission exécutive nationale de mutilés du travail, il fut appelé à rejoindre le siège de Saint-Étienne (Loire) pour prendre en charge la comptabilité.

Ayant ensuite rallié les rangs de Résistance ouvrière, il fut membre de commission exécutive de l’UD CGT de la Loire à la Libération.

Il fit, selon Antoine Laval, partie de la « poignée de vieux militants, hélas à peu près tous disparus aujourd’hui, qui allaient créer l’Union départementale Force ouvrière de la Loire en 1947, avec Tony Peyre, Jean Merlaton et Urbain Thevenon ».

Raymond Celingant fut le premier secrétaire de l’UD FO avec Jean Merlaton lors du congrès constitutif du 4 avril 1948. Il conserva cette fonction jusqu’au congrès de 1949 où il fut remplacé par Tony Peyre. Il resta cependant membre de la commission exécutive de l’UD FO pendant douze ans.

Raymond Celingant, qui avait siégé au conseil d’administration de la caisse départementale des Assurances sociales durant les années 1930, participa, en tant que vice-président de cet organisme, à la mise en place de la Caisse primaire de la Sécurité sociale à la Libération. En 1949, Tony Peyre succéda à Raymond Celingant à la tête de l’UD-Force ouvrière de la Loire.

Il s’était marié le 22 octobre 1929 à Lorris (Loiret) avec Marguerite Henriette Farnault.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19131, notice CELINGANT Raymond, Marcille, Émile par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 4 mai 2021.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 1er janvier, 15 avril 1948, 3 février, 10 mars, 8 décembre 1949, FO Hebdo, 15 janvier 1997. — Ils nous ont quittés..., op. cit. — Témoignage d’Antoine Laval, octobre 2001. — Notes de Tony Peyre et de Louis Botella. — Site Internet : deces.matchid.io. — État civil en ligne cote 7 E 42/1, vue 73.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément